Dessiner le futur : l’importance de la prospective

La prospective c’est quoi ?

La prospective, c’est une démarche que l’on pourrait résumer à « l’étude des possibles ». Elle possède un corpus de méthode qui permet de décrypter l’avenir, de visualiser ce qui pourrait potentiellement se passer dans un futur proche ou de moyen terme. La prospective étudie les faits « techniques, scientifiques, économiques et sociaux qui accélèrent l’évolution du monde moderne » et croise les différentes sources, dans le but de réaliser des scénarios de faisabilité sur ce qui pourrait potentiellement arriver.

En tant que spécialistes de la prospective, notre rôle est de décrypter le futur, de percevoir les grandes tendances actuelles qui sont en train de modéliser le monde de demain. Face aux idées reçues, nous démystifions les futurs imaginés, nous rétablissons une vision plus équilibrée du futur, plus réaliste.

En effet, le futur suscite tout un imaginaire, et il faut savoir faire le tri entre ce qui peut se produire et ce qui relève pour le moment de l’incantatoire. Par exemple, certaines entreprises nous parlent d’un futur dématérialisé, dans lequel il n’y aurait plus de locaux fixes, où l’on pourrait travailler de chez soi avec un casque de réalité virtuelle. Mais nos études d’opinion démontrent que les salariés sont au contraire très attachés à un ancrage physique, y compris à l’esthétisme des bureaux, qui participent à leur bien-être.

La prospective, pour quoi faire ?

Aujourd’hui, nous entendons parler d’une certaine vision de l’avenir : une vision très techniciste (où toutes nos relations humaines passeraient forcément par de la technologie). Or, le progrès n’est pas que technologique.

Typiquement, lorsqu’on nous parle d’innovation managériale ou du bien-être au travail, ce n’est pas lié à la technique, c’est une évolution naturelle de nos modes de pensée. Cette dernière découle d’une transformation profonde de nos systèmes très hiérarchisés, dans lesquels on assiste à la chute de la verticalité vers plus d’horizontalité. Et ceci implique de nouvelles exigences de la part des salariés.

Plus que jamais, nous avons besoin de sciences humaines (philosophes, historiens, sociologues) pour nous expliquer les transformations en cours (notamment les transformations technologiques), nous donner des clefs d’analyses et apporter des regards neufs sur les évolutions de notre société. C’est cette convergence de vue qui va nous permettre de comprendre quelles sont les conditions de succès des innovations.

Dans notre livre « Le pari de l’avenir », nous invitons le lecteur à découvrir ce qu’est la prospective, cette matière qui permet de comprendre comment le monde évolue. C’est aussi « un manifeste » qui encourage la France à en réaliser davantage, afin de se préparer aux enjeux de demain (outre les défis technologiques, les défis sociaux qui sont colossaux).

La prospective, c’est aussi un enjeu de stratégie à long terme et la France doit faire entendre sa voix sur ce que doit être demain, sur le modèle de société qu’elle imagine pour elle-même.