jeudi, 03 janvier 2013

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Regards croisés entre parents et enfants

Pour la deuxième année consécutive, Viavoice a réalisé pour Trend Micro un sondage sur les risques liés à Internet pour les enfants et adolescents de 9 à 16 ans, à travers un regard croisé parents-enfants. Cette deuxième vague, qui intervient un an et demi après la première (réalisée en août 2011), fait apparaître des évolutions de fond dans l’utilisation d’Internet par les enfants, le dialogue qu’ils peuvent avoir avec leurs parents et les règles fixées. Ainsi, la sensibilisation des parents aux risques d’Internet et des réseaux sociaux, tout comme le contrôle parental, ont tendance à se renforcer, notamment face à la multiplication des accès à Internet des enfants (ordinateurs portables, smartphones, tablettes). Ce contrôle se fait toutefois de plus en plus par le dialogue et la pédagogie, et une relation de confiance entre parents et enfants.

Des pratiques et des supports de plus en plus diversifiés

L’évolution continuelle des supports permettant d’accéder à Internet rend le Web de plus en plus accessible aux enfants. Depuis la dernière vague de l’enquête en mai 2011 on peut ainsi observer une évolution des pratiques allant vers :
Un accès Internet plus diversifié au sein du foyer, via les smartphones, tablettes, consoles de jeux, etc. que ces supports appartiennent ou non aux enfants ;
Mais aussi un accès au Web plus direct et plus personnalisé pour les enfants et adolescents : ainsi, le nombre d’enfants ayant leurs(s) propre(s) moyen(s) d’accès à Internet augmente : ils sont aujourd’hui 17 % à posséder un smartphone (dont 28 % des 13-16 ans), contre 10 % en août 2011 ; 6 % possèdent par ailleurs une tablette, contre 2 % il y a un an et demi, et ces chiffres devraient rapidement augmenter dans les mois et années à venir.

Cette révolution des supports arrive par ailleurs conjointement à une diversification des pratiques des 9-16 ans, avec une utilisation d’Internet qui dépasse de plus en plus le seul aspect ludique du Web : ainsi 56 % des enfants de 9 à 16 ans disent aujourd’hui utiliser Internet pour leurs devoirs ou travaux scolaires, contre seulement 38 % en août 2011 (soit une hausse spectaculaire de 18 points en un an et demi). Cette utilisation d’Internet est aujourd’hui en 3e position, après les vidéos en ligne (69 %, +3) et des recherches pour l’école et / ou pour s’amuser (68 %, +2), mais devant les jeux en ligne (50 %, -2) et l’utilisation des réseaux sociaux (48 %, -2).

Or ces changements expliquent pour une part l’évolution des relations parents-enfants sur l’utilisation d’Internet et la pédagogie sur les risques encourus : ainsi près des deux tiers des parents (65 %) pensent que l’accès à Internet depuis les téléphones rend difficile la surveillance.


Plus de contrôle parental mais surtout un dialogue renforcé entre parents et enfants

La sensibilisation des parents aux risques d’Internet semble de plus en plus forte et contribue à renforcer le contrôle parental :
• Ils sont ainsi 87 % à « contrôler, espionner ou vérifier » ce que leurs enfants font en ligne (contre 82 % en août 2011, +5) ;
• 38 % des enfants de 9 à 16 ans déclarent par ailleurs utiliser Internet le plus souvent avec un adulte à proximité, contre 33 % en août 2011 (+5). Cette proximité des parents lors de l’utilisation d’Internet est par ailleurs majoritaire avant 13 ans (55 % des 9-12 ans).

Mais la sensibilisation des parents ne conduit pas qu’à renforcer le contrôle parental, dans une logique unique de sanction ou de blocage : l’échange parents-enfants sur les risques d’Internet passe d’abord par la pédagogie, l’accompagnement et l’information des enfants. Pour les parents, les moyens considérés comme les plus efficaces pour protéger leurs enfants restent ainsi en priorité des moyens pédagogiques, notamment « Discuter avec eux à propos des dangers sur Internet » (70%, +4), « Expliquer aux enfants qu’ils doivent parler de tout ce qui leur parait bizarre ou inquiétant » (56%) et « s’intéresser à ce qu’ils font sur Internet » (56 % également).

Près de 6 parents sur 10 (58%) déclarent par ailleurs avoir eu une conversation avec leurs enfants sur les dangers d’Internet au cours des trente derniers jours, alors qu’ils n’étaient que 49 % en 2011 (+9). Ces solutions d’écoute et de dialogue arrivent avant les moyens matériels comme « régler les paramètres de sécurité » (34%) ou « utiliser des logiciels permettant de bloquer les sites indésirables » (24%), qui, bien qu’utiles, apparaissent aujourd’hui peu fiables et pourraient instaurer une barrière entre enfant(s) et parent(s).


Réseaux sociaux : Facebook jugé dangereux par 79 % des parents et 59 % des enfants

Les réseaux sociaux, et principalement Facebook, sont aujourd’hui utilisés par une large majorité des 9-16 ans (57 %), notamment à partir de 13 ans (80 % des 13-16 ans). En moyenne les enfants interrogés sont par ailleurs 47 % à y consacrer plus d’une heure par semaine (72 % des 13-16 ans). Pour autant, Facebook inquiète : ainsi 79 % des parents et 59 % des enfants jugent le principal réseau social « dangereux ».

Pour autant ces craintes liées aux réseaux sociaux ne sont pas spécifiques, elles rejoignent les craintes générales des parents concernant l’utilisation d’Internet par leurs enfants :
• Le risque que leur enfant devienne ami sans le savoir avec des adultes inconnus : « Le réseau est illimité... Il est très facile de se retrouver virtuellement à l'autre bout du monde chez des inconnus... » Les risques de harcèlement, de la part d’inconnus ou d’autres enfants : « Facebook ne contrôle pas le harcèlement, le dénigrement, les insultes... Tous les propos qui portent atteinte à l'intégrité des personnes. » ; « Les enfants peuvent se détruire les uns les autres par Facebook. »

Pour faire face à ces risques, les stratégies parentales s’adaptent, notamment en :
Vérifiant les paramètres de confidentialité : une majorité de parents dont l’enfant est sur les réseaux sociaux (58 %) a déjà vérifié les paramètres de confidentialité ; Certains (35 % des parents dont les enfants vont sur les réseaux sociaux) créent d’ailleurs eux-mêmes le compte Facebook de leur enfant pour mieux définir les paramètres de confidentialité a priori (71 % des parents ayant créé le compte Facebook de leur enfant ont modifié les paramètres de confidentialité dès la création du compte) ;
Etant « ami » avec ses enfants, afin d’avoir un regard sur leurs contacts, échanges et contenus partagés : 67 % des enfants utilisant Facebook disent être ami avec leur(s) parent(s) ; c’est d’ailleurs parfois une condition pour utiliser le réseau social : « je fais attention et mes parents me disent quand c’est dangereux. Ils sont dans mes amis pour surveiller : c’était la condition pour que j'aie un compte donc maintenant je pense que ce n'est pas dangereux. »

Aurélien Preud’homme et Cyprien Venot,
Institut Viavoice

Télécharger en pdf le Sondage Viavoice pour Trend Micro - Janvier 2013Télécharger