Le carnet d'Aurélien Preud'Homme

Etudes

Huffpost

20.03.17

En mars 1968, Pierre Viansson-Ponté signait dans Le Monde un article annonciateur, deux mois avant les "évènements" de mai: "La France s'ennuie". Cette France de l'après-guerre se désespérait de l'absence de perspectives nouvelles en cette fin de règne gaulliste. Cette France jeune, issue du baby-boom, se sentait étouffer au sein d'une société qu'elle ne comprenait pas: trop conservatrice, trop repliée sur son glorieux ou moins glorieux passé (guerres mondiales ou guerres coloniales). Et pendant ce temps une grande partie du monde, de Cuba à New York ou Prague, regardait vers l'avenir, se réinventait, révolutionnait. Un sentiment d'ennui et de décalage qui avait largement contribué à soulever cette jeunesse française, durant un mois de mai où le pouvoir avait bien failli basculer...

Huffpost

16.02.17

Comment expliquer que cette campagne présidentielle, contrairement aux précédentes, est largement focalisée sur le premier tour? Les programmes, les idées, les rapports de force sont ainsi le plus souvent résumés à cette seule question: quel candidat sera assez haut au soir du premier tour pour atteindre le second? A l'inverse, très peu d'analyses s'intéressent à la capacité des candidats à rassembler une majorité de Français sur un programme et une vision pour la France. Qui peut faire 50 % et plus et entraîner une majorité? Peu importe, dirait-on. Et pourtant la dernière enquête Viavoice pour Libération montre qu'aucun candidat n'est aujourd'hui considéré comme pouvant être un "bon Président" par une majorité de Français: Emmanuel Macron, premier de ce palmarès, est à 45 %, Benoît Hamon à 33 %, Marine Le Pen à 28 %, François Fillon à 27 % et enfin Jean-Luc Mélenchon à 23 %. Et pourtant l'un d'entre eux sera le prochain Président de la République...

Liberation

09.02.17

Aurélien Preud’homme, directeur des études politiques de Viavoice analyse le dernier baromètre que l’institut de sondages produit pour Libération...

Que seront les « années 2020 », sur le plan économique ? A bien des égards, c’est l’inconnu qui prévaut, tant les déterminants de ce que sera le monde économique, mais aussi géopolitique et l’état de nos sociétés dans les années à venir est une interrogation majeure...

Développement durable, RSE, santé et bien-être, conciliation vie professionnelle et vie personnelle… En quelques années les entreprises ont réinterrogé leur lien avec la société et leurs parties prenantes. Elles ont surtout, sous la pression d’attentes salariales nouvelles comme sous l’impulsion de DRH et de dirigeants d’entreprises moteurs, revisité leurs manières de faire, de voir, de penser leurs rapports aux « ressources humaines ».