Etudes publiées

Liberation

29.06.17

La situation s’éclaircit pour le Président de la République et le gouvernement, qui bénéficient tout à la fois d’une large majorité à l’Assemblée nationale et de popularités en hausse : Emmanuel Macron gagne ainsi 4 points en un mois, avec 53 % de bonnes opinions ; Edouard Philippe gagne 13 points avec 46 % de bonnes opinions, le Premier Ministre profitant notamment d'une visibilité et d'une notoriété croissante. Pour autant, des risques importants existent à moyen terme pour la majorité, avec une réforme du code du travail qui interroge : Les deux tiers (66 %) des Français ne déclarent connaître que « vaguement » les mesures envisagées ; Dès lors, les opinions sur la réforme sont encore très partagées : 31 % des répondants approuvent les premières mesures annoncées, 36 % s’y opposent, et 33 % ne se positionnent pas encore ; Enfin, sur le contenu détaillé de la réforme, les avis sont très divergents selon que l’on évoque les référendums de salariés, jugés souhaitables par 65 % des répondants, ou le plafonnement des indemnités prud’homales, qui est lui rejeté par 52 % des répondants, dont une large majorité des employés et ouvriers (60 %) mais aussi des cadres (60 %). 
 

Harmonie

20.06.17

L’Observatoire Entreprise et Santé Viavoice - Harmonie Mutuelle, réalisé chaque année depuis 2014, met en avant cette année de nouvelles tendances et de nouvelles priorités pour la santé au travail : Une prise de conscience des enjeux de santé dans l’entreprise qui continue de croître avec 85 % des dirigeants d'entreprise réalisant des actions de santé au bénéfice de leurs salariés, en hausse de 7 points en un an et de 17 points depuis 2015 ; En dehors de l'entreprise, des travailleurs indépendants soucieux de leurs santé mais faisant face à difficultés pour accéder à des soins et des remboursements de qualité : pour 73 % d’entre eux, leur statut ne leur permet pas de bénéficier d’une bonne protection sociale, et pour 66 % d’entre eux, il ne leur permet pas non plus d’être bien remboursé ; Des enjeux nouveaux liées aux mutations économiques : avec la digitalisation croissante des métiers, des rythmes de travail qui évoluent et des difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle, les enjeux liés au droit à la déconnexion et au risque de burn-out préoccupent les salariés comme les dirigeants d'entreprise, même si des freins sont mis en avant : notamment, pour 68 % des salariés, "le droit à la déconnexion n'est pas vraiment possible dans certaines professions".

Manpower Les Echos start

16.06.17

Souvent représentée par un même ensemble homogène ayant valeur de concept (« génération Y ou Z », « digital natives », « Millennials »), la jeunesse au travail est en réalité plurielle. C'est l'enseignement majeur de cette étude Viavoice - ManpowerGroup réalisé en partenariat avec Les Echos Start, faisant apparaître quatre types de jeunesses au travail, avec des envies, des exigences, mais aussi des opportunités de carrière très distinctes. Des différences qui se structurent autour de deux axes majeurs : l’adaptation aux changements et aux mutations au sein du monde du travail, et le rapport à son entreprise et son employeur. Enfin, derrière ces divergences l'étude montre une jeunesse globalement volontaire, optimiste, mais aussi exigeante vis-à-vis du travail, et ce en dépit des difficultés rencontrées (chômage ou précarité) : Pour 55 % des 18-30 ans, le travail est davantage un épanouissement qu'une contrainte ; Une large majorité (69 %) souhaitent un métier avec des missions qui évoluent souvent ; En revanche les priorités évoluent, avec 79 % des jeunes qui déclarent avoir une conception du travail différente de leurs parents. Des priorités qui se retrouvent parmi les valeurs que les jeunes souhaitent valoriser au travail : la qualité (45%), l’écoute (43%) ou la reconnaissance (39 %) bien plus que l’autorité (4%), la fidélité (14 %) ou l’effort (20 %).

Liberation

25.05.17

Alors que le gouvernement comprend des ministres de droite, de gauche ou encore du centre, ce sont les ministres issus de la société civile qui séduisent aujourd’hui le plus les Français, en particulier Nicolas Hulot (à l’environnement) et Laura Flessel (aux Sports), tous deux en tête des ministres les plus populaires avec respectivement 65 % et 56 % d’opinions positives. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense sous François Hollande et nouveau Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, clôt ce podium avec 51 % d’opinions positives. Le gouvernement dans son ensemble est par ailleurs jugé « équilibré entre ministres de gauche, de droite et du centre » par 52 % des personnes interrogées.

HEC BFMB LExpress

24.05.17

Sans réel "état de grâce" sur le plan politique, Emmanuel Macron et le nouveau gouvernement pourraient bénéficier paradoxalement d'un "état de grâce économique" avec une amélioration concomitante de la croissance et de la confiance des entreprises comme des ménages . Cette hypothèse ressort en tout cas de manière très claire du dernier Baro Eco Viavoice - HEC - BFM Business - L'Express faisant état d'un optimisme inédit de la part des cadres français : - L’indice synthétique du moral des cadres n’avait pas atteint un tel niveau d’optimisme depuis 10 ans. À -9, il progresse ainsi largement en ce mois de mai (+12) et revient à un niveau inégalé depuis septembre 2007, peu après l’élection de Nicolas Sarkozy et quelques mois avant le début de la crise financière de 2008. - Les cadres sont également une large majorité (57 %)  à penser que l’élection d’Emmanuel Macron peut créer un « choc de confiance » encourageant les investissements, l’emploi ou la consommation. Enfin, 61 % d'entre eux pensent que le profil du nouveau Président est « un atout pour l’activité économique et l’attractivité de la France », à travers trois qualités majeures : des compétences économiques reconnues, la capacité à renouveler la vie politique, et enfin son réseau et son image au sein des milieux dirigeants et à l'international. Dans ce contexte, 69 % des cadres anticipent également un impact positif de son élection sur l’attractivité de la France auprès des investisseurs étrangers.

HEC BFMB LExpress

26.04.17

A quelques jours d’un scrutin décisif pour l’avenir de la France, les cadres français montrent ainsi un regard totalement divergent sur les projets des candidats et leurs impacts sur l’activité des entreprises. Emmanuel Macron apparaît ainsi comme une figure particulièrement rassurante pour les cadres, avec 46 % d’entre eux qui pensent que son élection aurait un « impact positif » pour l’activité des entreprises, contre 19 % seulement qui anticipent un « impact négatif » et 31 % « ni l’un ni l’autre ». En revanche, les perspectives liées à une victoire de Marine Le Pen sont bien plus anxiogènes avec 74 % des cadres pour lesquels une victoire de Marine Le Pen le 7 mai aurait un impact négatif, contre à peine 8 % d’un avis contraire.

Liberation

26.04.17

Au-delà des dynamiques de campagne, l'accession d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle marque l’adhésion à un nouveau socle de valeurs pour de nombreux Français. Si seules 37 % des personnes interrogées s’estiment proches des idées « de droite », et 35 % des idées « de gauche », ils sont en revanche 45 % à se déclarer proches des idées « progressistes », et 50 % proches des idées « pro-européennes », deux valeurs essentielles dans le positionnement et la communication d’Emmanuel Macron tout au long de cette campagne. Les valeurs patriotiques (52 %) sont aussi fortes dans l’électorat, à l'inverse des idées « nationalistes » (28 %), d’où l’insistance des deux finalistes pour appuyer, d’une part, une opposition des « patriotes » contre les « mondialistes » (Marine Le Pen), et d’autre part une opposition entre un « patriotisme » apprécié et un « nationalisme » déprécié (Emmanuel Macron). Enfin, si beaucoup parient aujourd'hui sur une large victoire du leader d'En marche, seuls 55 % des Français estiment que le second tour « est joué d’avance ».
 

fondation infa

12.04.17

Depuis des lustres, l'accompagnement des jeunes vers l'emploi constitue un serpent de mer dont s'emparent régulièrement les politiques, souvent pour remettre en cause les dispositifs mis en place par le camp adverse. C'est l'occasion de dérouler un savant mélange de sujets, la litanie des "problèmes français" incurables : le supposé faible attrait des jeunes pour les métiers manuels, la difficulté à recruter de certains secteurs économiques, la complexité des processus de formations etc. Dans cette plainte régulière, revient souvent comme une incantation la nécessité absolue de développer l'alternance et l'apprentissage en France, vantés comme un succès chez nos seuls voisins (en Allemagne, en Suisse). Tout cela s'accompagne d'un déferlement de concepts et de dispositifs administratifs qui transforment une idée simple en nébuleuse un peu effrayante. Apprentissage, alternance, stages etc, on mélange tout.

Liberation

10.04.17

Alors qu'une large majorité de Français considèrent la campagne présidentielle globalement "ratée" (64 %) Jean-Luc Mélenchon connaît une progression spectaculaire dans l'opinion publique avec près de quatre Français sur dix (42 %) qui pensent qu'il serait un « bon président de la République » pour la France, soit une progression considérable de 21 points par rapport aux données enregistrées le mois dernier. La moitié (51 %) des Français estiment d'ailleurs que « au cours des quinze derniers jours », Jean-Luc Mélenchon a été « convaincant », soit une progression tout aussi exceptionnelle de 30 points en un mois. Cette percée repose sur une capacité de conviction auprès des sympathisants de gauche (78 %, loin devant Benoît Hamon à 47 % et Emmanuel Macron à 45 %) et au-delà, notamment auprès des personnes sans sympathie partisane (49 %, loin devant Emmanuel Macron à 36 % et Marine Le Pen à 21 %), lesquelles représentent un quart des Français et constitueront un réservoir essentiel de voix dans la perspective du premier tour...
 

France2RTL

30.03.17

L’opinion publique est plus encline au libre-échange qu’au protectionnisme et à la fermeture des frontières : Ainsi, une large majorité de Français (61 %) pensent que le libre-échange est une « bonne chose », contre seulement 41 % vis-à-vis du protectionnisme ; Ils sont également opposés à l’idée selon laquelle « fermer les frontières pourrait sauver nos emplois » à 56 %. Pour autant, en dépit de ce rejet a priori des politiques protectionnistes, une majorité des Français se montrent toutefois favorables à des mesures fortes pour protéger les entreprises et l’emploi : 70 % d’entre eux pensent ainsi qu’il faudrait « taxer les importations qui concurrencent les produits français », et 58 % qu’il faudrait « interdire les délocalisations ». Au-delà de ces résultats d’ensemble, des différences d’opinions importantes peuvent être mises en avant selon les catégories sociales des répondants, mais surtout selon leurs appartenances politiques.

HEC BFMB LExpress

29.03.17

L’indice synthétique du moral des cadres s’améliore ce mois-ci, atteignant -23, en hausse de 3 points depuis février, et à son plus haut niveau depuis mars… 2008, c’est-à-dire avant la faillite de Lehman Brothers et la crise économique et financière...

Logo IdinvestFigaro

27.03.17

A peine 14 % des Français pensent que les candidats à l’élection présidentielle mettent suffisamment en avant dans leur campagne l’entrepreneuriat et la création d’entreprise. Pourtant, une large majorité de l'opinion publique pense que la création d'entreprises a un impact majeur sur la croissance et l'emploi. Pour autant, un candidat ressort en tête des citations pour sa capacité perçue à défendre l’entrepreneuriat : il s’agit d’Emmanuel Macron, cité par 38 % des personnes interrogées, loin devant François Fillon (28 %), Marine Le Pen (26 %) ou Benoît Hamon (25 %). En progressant de 5 points, Emmanuel Macron est aussi le candidat enregistrant la plus forte progression sur cette question depuis octobre 2016. Des résultats pouvant s’expliquer par une image « pro-business », mais aussi par des propositions économiques jugées efficaces pour développer la création d’entreprise : la stabilité fiscale, jugée efficace par 74 % des Français ; la proposition d’aligner la protection sociale des entrepreneurs sur celle des salariés (allocations chômage, intégration du RSI au régime général, etc.), saluée par 71 % des personnes interrogées.

Liberation

 10.03.17

Six Français sur dix. C’est, aujourd’hui, la part de l’opinion publique qui pense que Marine Le Pen a toutes les chances de remporter l’élection présidentielle. Trois Français sur dix : ce sont ceux qui souhaitent sa victoire. Enfin, pour quatre Français sur dix une victoire de Marine Le Pen le 7 mai prochain ne serait après tout « pas un drame ». À l’heure où la campagne présidentielle n’en finit plus de se perdre dans les méandres des affaires, mettant de côté le débat de fond, cette équation résume bien l’enjeu des semaines à venir : si « l’hypothèse Le Pen » n’est toujours pas la plus probable, elle devient progressivement de plus en plus crédible, à mesure que le « plafond de verre » se fissure de toute part. Jusqu’à quand ?

logo secours catholique

09.03.17

Une opinion publique très consciente des enjeux liés aux inégalités et à la pauvreté, et pour beaucoup prête à s’engager... Les perceptions sur la pauvreté : 26 % des Français surestiment le montant du RSA, mais 50 % le trouvent insuffisamment élevé. Les Français ont dans leur ensemble une bonne perception des réalités sociales existantes pour les plus démunis...

Wellcom

08.03.17

À l’approche de l’élection présidentielle, les principaux candidats ne cessent de se livrer à des échanges croisés sur les valeurs qu’ils défendent pour soutenir leurs différents discours de campagne. Dans ce contexte, Viavoice et Wellcom, conseil en communication experte dans le domaine des valeurs, se sont penchés sur les valeurs des courants politiques et des candidats à la magistrature suprême. Quelles valeurs sont de gauche ou de droite, de gauche et de droite, ou encore non identifiées ? Quelles valeurs sont portées par les principaux candidats à l’élection présidentielle ? A la faveur de la recomposition politique en cours, quelles divergences avec l’élection présidentielle de 2012 dans la manière qu’ont les Français de percevoir les valeurs de chaque famille politique ?

HEC BFMB LExpress 

22.02.17

La campagne présidentielle actuelle est pleine d’incertitudes, et ne participe pas pour le moment à l’amélioration des perspectives économiques. Dans ce contexte, un candidat sort toutefois du lot pour les cadres français : Emmanuel Macron...

Liberation

08.02.17

Après une campagne en demi-teinte et le "Penelope Gate", le candidat de la droite connaît une chute vertigineuse de popularité, avec seulement 27 % des Français qui voient en lui un bon Président de la République pour mai prochain, en baisse de 17 points depuis décembre 2016. François Fillon est aujourd’hui devancé sur sa crédibilité présidentielle tant par Emmanuel Macron que par Benoît Hamon : Benoît Hamon connaît en particulier une forte ascension, puisque c’est aujourd’hui un tiers des Français (33 %) qui le considèrent comme un bon Président potentiel, en hausse de 21 points depuis décembre. Sa victoire à la Primaire a donc largement permis à l’ancien frondeur de se « présidentialiser ». Emmanuel Macron continue quand à lui à progresser (+4) et fait (largement) la course en tête, étant considéré par 45 % des Français comme pouvant être un bon Président, avec des scores comparables chez les sympathisants de gauche (53 %) et de droite (58 %). Auprès de ces derniers, il talonne même aujourd’hui François Fillon (63 %). Enfin, l'opinion publique ne voit ni dans le candidat PS ni dans le leader d' "En Marche" des "héritiers" politiques de François Hollande : si Benoît Hamon et Emmanuel Macron sont cités par respectivement 19 % et 28 % des Français comme celui incarnant le mieux son héritage, ce sont surtout 43 % des personnes interrogées qui répondent "aucun des deux", contribuant à évacuer le quinquennat sortant (et son bilan) de la campagne présidentielle.

HEC BFMB LExpress 

23.01.16

Pas d’amélioration majeure des perspectives économiques en ce début d’année : l’indice synthétique du moral des cadres est relativement stable à -24, et les deux tiers des cadres français (67 %) se déclarent pessimistes pour l’économie française en 2017. Un moral toujours en berne, donc, même si ce constat est à relativiser : d’abord car sur une perspective de plus long terme les perspectives des décideurs se sont largement améliorées depuis un an – l’indice a gagné 11 points depuis janvier 2016 – mais surtout car selon les cadres ces difficultés économiques sont moins dues aujourd’hui à l’état structurel de l’économie française qu’à un contexte économique et géopolitique mondial encore très incertain.

HuffingtonPost

19.12.16

Les Français : peuple heureux, peuple anxieux... C’est dans ce contexte particulier et à l’aube d’une élection présidentielle pleine de questions pour la démocratie française que l’institut Viavoice, en partenariat avec le Huffington Post, a souhaité réaliser un « indice sociétal » agrégeant un ensemble d’indicateurs non-économiques mais liés aux sentiments des Français sur la société (démocratie, cohésion nationale, relations entre les gens, sécurité, santé, environnement) et sur leur propre situation personnelle : confiance en l’avenir, bien-être, sentiment d’intégration et sentiment de pouvoir contribuer à changer la société, satisfaction de vivre en France ou dans son quartier… L’ensemble de ces indicateurs collectifs et personnels devant permettre de donner une cartographie de l’état de la société complémentaire des analyses économiques et des statistiques sociales.

Liberation

16.12.16

Cette nouvelle livraison du baromètre d’opinion politique Viavoice-Libération révèle trois dynamiques d’une rare ampleur : de gauche à droite, Manuel Valls, Emmanuel Macron et François Fillon enregistrent de très fortes progressions quant à leur capacité perçue à exercer la fonction présidentielle en 2017, et s’installent en net trio de tête des candidats sur ce registre. Pour autant, de manière très singulière, ces trois dynamiques sont nourries par des circonstances très particulières et sont paradoxalement sans garanties de succès.

Harmonie

16.12.16

Le rôle de l’entreprise en matière de santé et de conciliation vie professionnelle – vie personnelle : hier des parti-pris, aujourd’hui des « évidences » pour les salariés comme pour les dirigeants Depuis avril 2014, l’Observatoire Entreprise et Santé Viavoice – Harmonie Mutuelle mesure les opinions des salariés et dirigeants sur le rôle de l’entreprise en tant qu’ « acteur » de santé à part entière. Les résultats obtenus ces dernières années ont ainsi illustré une prise de conscience forte de ces enjeux comme de leur importance économique (productivité, motivation, attractivité employeur…), illustrant le fait que l’entreprise n’a plus seulement un rôle « social » ou « sociétal » à jouer en matière de santé, mais doit également s’y convertir si elle désire développer son activité.

usbek4

05.12.2016

Deuxième chapitre de notre étude sur les rapports entre les Français et le digital, réalisée par Usbek&Rica et l’institut Viavoice. Cette semaine : école et numérique. S’il semble y avoir consensus pour approuver l’arrivée des outils digitaux à l’école, les Français sont plutôt sceptiques quant à leurs vertus réelles. La bonne nouvelle : la lecture étonnement fine et différenciée que les sondés font de l’utilité du numérique.

usbek4

28.11.2016

Viavoice et Usbek&Rica ont décidé de réunir leurs expertises dans le cadre d’un partenariat d’étude pour analyser ensemble les perceptions des Français sur leur rapport au numérique. Une grande enquête a été réalisée conjointement abordant le sujet sous 4 angles différents. Chacun de ces angles sera révélé sur le site d’Usbek&Rica chaque lundi à venir. Le premier volet de cette étude sur les français et le numérique est à découvrir aujourd’hui en ligne, il a pour thème : Réseaux sociaux, le grand désenchantement ? Plusieurs enseignements, parfois surprenant, en ressortent.

HEC LExpress LExpansion 

01.12.16

À quelques semaines de la fin d’année, quelles personnalités auront marqué l’économie en 2016, selon les cadres français ? Deux personnalités ressortent largement : En France, c’est Emmanuel Macron, cité spontanément par 62 % des cadres loin devant François Hollande (28 %) ou Manuel Valls (21 %) ; Au niveau international, c’est Barack Obama qui est considéré comme la personnalité ayant eu le plus d’influence sur l’économie en 2016 pour 41 % des cadres, devant Angela Merkel (28 %) et Christine Lagarde (16 %). Le Président américain sortant aura réussi son pari de retrouver la croissance et le quasi plein-emploi, en dépit de fractures sociales (et sociétales) insuffisamment prises en compte et mises à jour lors de la dernière campagne présidentielle américaine. Un enseignement majeur à l’aube d’une année 2017 pleine d’incertitudes, pour les cadres comme pour les entreprises.

Liberation

13.11.16

La France a indéniablement connu ces dernières années des attaques terroristes d’une ampleur inhabituelle, particulièrement traumatisantes pour l’opinion publique. Après les tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012 puis celles de janvier 2015 (à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher), les attentats se sont en effet multipliés et intensifiés depuis un an avec les tueries de masse du 13 novembre 2015 à Paris et aux abords du stade de France, l’attentat de Nice le 14 juillet dernier, sans oublier Magnanville (13 juin) et Saint-Étienne-du-Rouvray (26 juillet). Cette accumulation, ainsi que la multiplication des modes opératoires et le nombre de victimes très élevé ont indéniablement marqué les Français, dans leurs sentiments, leurs opinions, leurs pratiques. Pour autant, notre étude montre également qu’en dépit de ce traumatisme et d’une surenchère perceptible à divers degrés dans de nombreuses familles politiques, les Français refusent de céder aux solutions toutes faites : pour une large majorité d’entre eux, le risque zéro n’existe pas, et il ne s’avère ni nécessaire ni efficace de remettre en cause les libertés publiques pour lutter contre le terrorisme.

Liberation

12.11.16

À quelques semaines de l’annonce de François Hollande sur son souhait de se présenter (ou non) à l’élection présidentielle, le président de la République apparaît en situation difficile aux yeux de l’opinion : 10 % des Français estiment qu’il serait un « bon Président » en 2017. Ce score, en tendance, est la conséquence d’une baisse enregistrée depuis septembre (-6 points) face aux nombreuses difficultés rencontrées par le président de la République. Mais sous cette image, le bilan de l’action menée au cours du quinquennat apparaît plus contrasté : les Français reconnaissent un certain nombre de réussites et des réformes importantes sont majoritairement appréciées, même si d’autres, parmi les plus médiatisées, demeurent fortement contestées.

Liberation

03.11.16

Les Français seraient-ils devenus majoritairement libéraux en matière économique ? L’intérêt accordé aux candidats de la droite et du centre, le crédit qui leur est décerné en termes de popularité ou d’intentions de vote, peuvent accréditer l’idée d’une droitisation libérale de la société française, d’une conversion peut-être majoritaire au sein de l’opinion. Pourtant, cette nouvelle livraison du baromètre Viavoice pour Libération révèle une toute autre réalité : loin de générer un engouement collectif, les solutions proposées par les candidats LR suscitent un scepticisme majoritaire au sein de l’opinion.

HECLExpress LExpansion 

27.10.16

Le moral des cadres flanche en octobre (-31, en baisse de 6 points) alors qu’il se rétablissait depuis juin dernier. En première ligne, les mauvais chiffres sur le front de l’emploi, qui viennent contredire l’espoir d’une « inversion de la courbe », encore crédible en début d’année. Mais la croissance du premier trimestre (+0,7 %) n’a pas été confirmée au second (-0,1%), et le chômage repart à la hausse. Une tendance qui devrait se confirmer dans les mois à venir selon les cadres : 58 % anticipent ainsi une hausse du nombre de chômeurs dans les mois qui viennent, en hausse de 16 points en un mois. En parallèle, les perspectives personnelles sont également en baisse, avec 35 % des cadres qui anticipent une dégradation de leur situation financière (+7). Une situation confirmant des perspectives moroses pour l’économie française, avec une croissance insuffisante pour résorber le chômage et soutenir l’activité des entreprises : pour 2016 et 2017, le FMI anticipe une croissance de 1,3 %, après 1,2 % en 2015. Face à cette situation, et à quelques mois de l’élection présidentielle, les cadres mettent en avant leurs priorités pour venir à bout de ce « mal français », avec des solutions parfois bien différentes de celles proposées par les principaux candidats.

IdinvestFigaro

17.10.16

De manière très significative, les Français regrettent le manque de soutien à l’entrepreneuriat de la part des responsables politiques : seuls 15 % d'entre eux pensent que les candidats à l’élection présidentielle mettent suffisamment en avant, dans leurs programmes, des propositions permettant de développer l’entrepreneuriat et la création d’entreprise, contre 73 % affirmant l’inverse. Or cette réalité apparaît d’autant plus dommageable aux yeux des Français qu’ils sont pour une grande majorité d’entre eux convaincus de l’importance de la création d’entreprise pour l’économie française, notamment en matière de croissance (66 %) et d’emploi (64 %). Pour autant, l'opinion publique accorde davantage de crédit à deux candidats pour défendre l'entrepreneuriat et la création d'entreprise durant la campagne : - Alain Juppé, cité en tête par 37 % des Français ; ce score est d’autant plus remarquable qu’il dépasse largement celui de tous ses concurrents à la Primaire, notamment Nicolas Sarkozy (23 %) - Emmanuel Macron, en seconde position, est cité par 33 % des personnes interrogées.

Logo revue civique Logo Maison de leurope

05.10.16

L'opinion franco-allemande et les défis actuels en question : crise des migrants, accueil des réfugiés, crise de la dette, crise économique, Brexit... autant de problématiques en question mise en perspective dans cette étudé d'opinion Viavoice - La Revue Civique - Maison de l'Europe de Paris. L’Eurobaromètre constitue d’ailleurs aujourd’hui un outil incontournable pour suivre l’évolution de l’opinion publique en Europe. Face aux crises financières, migratoires et sécuritaires, et après le choc du Brexit, la question se pose : quelles capacités a le projet européen pour rallier les différentes populations nationales autour d’une vision commune, et quelles sont les conditions à réunir ? Comment se réapproprier l’Europe, son idéal, ses réalisations ? Quelles sont les principales évolutions perceptibles sur notre continent ? Comment utiliser plus souvent l’outil de l’opinion publique comparée, dans les médias et le débat public en France ?

Liberation

03.10.16

À rebours de nombreux pronostics, la pré-campagne présidentielle ne profite pas aux discours les plus virulents. Alors qu’on pouvait s’attendre à une intensification de la « dynamique Sarkozy » après un été favorable, l’ex-Président recule en cette rentrée, tandis qu’Alain Juppé progresse et creuse l’écart, tant auprès des Français que des sympathisants de droite. Dans le même temps, Emmanuel Macron conforte sa stature présidentielle après sa démission, bousculant un paysage déjà fortement divisé et en manque de leadership à gauche. L’ancien ministre de l’Économie pourra compter, pour parvenir à ses ambitions, sur de bons a priori de la part des sympathisants de gauche, plutôt enclins à lui reconnaître de la compétence et – surtout – une capacité perçue à arriver au second tour et gagner l’élection présidentielle. Reste à savoir si cette dynamique se concrétisera dans les mois à venir, alors que se profile la Primaire socialiste à laquelle le leader du mouvement « En Marche » ne devrait pas participer.

Fondation Jean Jaurès Logo revue civique FranceInter LCP Presse Régionale

29.09.16

Peut-on dire que la démocratie française fonctionne mieux depuis deux ans ? En dépit des attentats subis depuis janvier 2015, des tensions communautaires, des tensions sociales ou de la montée de l’extrême-droite, il se trouve qu’une part croissante de Français continue à trouver que notre démocratie fonctionne bien (36 %), en hausse de 6 points depuis avril 2014. Pour autant, les Français se montrent très vigilants et inquiets : 72 % de nos concitoyens pensent en effet que la démocratie pourrait être "remise en cause dans les années à venir", avec la vision d’une menace portée à la fois par diverses formes d’extrémisme politique, le radicalisme islamiste et un divorce croissant entre les citoyens et leurs représentants. Face à ces menaces plurielles, l’opinion publique n’est pas à court de solutions et de souhaits de réformes. Qu’elles soient institutionnelles, électorales ou liées à de nouvelles formes d’engagement politique, elles visent les mêmes buts : rapprocher le citoyen de la démocratie en même temps que les citoyens entre eux (« refaire société »), encadrer la pratique politique, et encourager un dialogue presque permanent entre le « peuple » et les institutions qui le représentent.

HECBfmbusiness LExpress LExpansion

29.09.16

La campagne présidentielle qui s’ouvre va-t-elle dynamiser l’économie française ? Période de propositions et de perspectives nouvelles, de projection dans l’avenir, une campagne électorale peut constituer un ressort économique majeur. Pourtant, loin de ce scénario positif, ce « cru 2016-2017 » ne convainc pas les cadres, pour l’instant : pour l’économie, cette campagne présidentielle est à leurs yeux bien davantage une source d’inquiétudes qu’une source d’espoirs.

curie logo fr

22.09.16

L’Observatoire Cancer Institut Curie-Viavoice analyse l’opinion des Français sur le cancer, ses enjeux, sa prise en charge, l’après-cancer ou encore la qualité de vie. Pour cette 4e édition, l’Observatoire se focalise sur trois thématiques : les perceptions sur les progrès réalisés, l’impact sur la féminité et la maternité ainsi que le vécu de la maladie et l’accompagnement des femmes touchées.

Liberation

29.08.16

Le désir d’alternance serait entier. Depuis plusieurs années sous le quinquennat de François Hollande, et aujourd’hui à quelques mois de la présidentielle des 23 avril et 7 mai, la France préfèrerait la droite à la gauche. Les élections intermédiaires, les préférences pour les candidats de droite, les rapports de forces préélectoraux, le désaveu de la gauche au pouvoir, tout cela illustre et nourrit un « désir de droite ». Pourtant, cette nouvelle vague du baromètre Viavoice-Libération révèle que la droite souffre d’un net défaut de crédibilité, non seulement en matière économique mais également sécuritaire.

HarmonieSmeba Logo MGEL

20.07.16

Santé et bien-être : les jeunes de 18 à 28 ans largement satisfaits, en dépit de difficultés financières et de contraintes de temps non négligeables. 95 % des jeunes de 18 à 28 ans en bonne santé, 84 % satisfaits en matière de bien-être personnel : les fondamentaux sont bons pour la jeunesse française, en dépit de difficultés non-négligeables même si elles restent minoritaires.

Harmonie

07.07.16

La mort est-elle encore un tabou ? La mort est-il un sujet qui peut s’aborder en société, ou plus simplement dans les familles ? Et si oui, de quelle manière ? Y pense-t-on au quotidien ? Comment s’y prépare-t-on, tant au décès qu’à la fin de vie et à la dépendance ? Que souhaite-t-on transmettre, au-delà des seuls bien matériels et financiers ? Toutes ces questions intéressent la société à plusieurs égards, et les séniors en particulier. Ce sont ces préoccupations, légitimes, qui sont abordées par l’Observatoire de l’âge Viavoice-Harmonie Mutuelle, à travers un sondage auprès des personnes âgées de plus de 70 ans. Ils nous livrent, sur ces sujets personnels autant que de société, leurs préoccupations, leurs doutes, et aussi leurs espoirs.

Liberation

04.07.16

Le score est massif et frappant : 68 % des personnes interrogées estiment que les décisions de l’Union européenne sont allées « dans le mauvais sens » ces dernières années. Précarisation de salariés face à la mondialisation, difficultés économiques et financières, crise de la dette dans la zone euro, crise des réfugiés… Le répertoire des enjeux irrésolus nourrit un sentiment d’inefficacité de l’UE. Pour autant, une semaine après le « Brexit », l’opinion publique française ne semble pas prête, à la suite des Britanniques, à sortir d’une Union européenne certes imparfaite mais offrant dans le même temps de réelles opportunité sur le plan économique. Et dont la sortie représente à l’inverse des risques élevés : dans le cas d’un « Frexit », 61 % des Français pensent que les conséquences sur l’économie seraient néfastes sur le long terme, en particulier auprès des catégories de population les plus exposées au chômage et aux excès de la mondialisation : les classes moyennes, les employés et les ouvriers ou encore les jeunes.

HEC  BFMB  LExpansion  LExpress

30.06.16

Croissance plus soutenue, emploi, impact de l’Euro 2016… Les leviers de la reprise sont là, disent les cadres

Grèves, manifestations : le climat social actuel, très dégradé, serait-il néfaste pour l’état d’esprit des cadres ? En réalité, les cadres se révèlent de plus en plus optimistes pour l’économie française et pour leur entreprise, portant l’indice du « moral des cadres » Viavoice – HEC - BFM Business -L’Expansion - L’Express, en hausse de 11 points, à son plus haut niveau depuis 5 ans. Cet optimisme s’appuie sur des éléments de conjoncture, notamment l’Euro de football, qui devrait selon une majorité de cadres (57 %) avoir un impact significatif sur la consommation. Mais il s’appuie, également, sur une vision de plus long terme : pour la première fois depuis longtemps, la plupart des indicateurs économiques (croissance, emploi, consommation ou investissements) sont au vert, laissant entrevoir une reprise plus solide et plus durable de l’économie.

22.06.16

L’affaire serait entendue. L’économie, les entreprises sont aujourd’hui engagées dans une révolution sans précédent : nouvelles formes de capital, érosion du salariat, démarches participatives, économie du partage, etc. Le vieux monde, pour une large part hérité du 19ème siècle, vacille notamment sous les assauts du monde digital. Mais cette histoire ne masque-t-elle pas la possibilité d’une autre révolution, plus profonde encore ? En France en particulier, les entreprises et le fonctionnement actuels du capitalisme suscitent le discrédit d’une partie de la population. Le temps n’est-il pas venu de penser autrement l’entreprise ? La présente et vaste étude d’opinion, réalisée en exclusivité par Viavoice pour le Medef, révèle une aspiration profonde de la part de l’opinion française : celle d’une consécration croissante des synergies au cœur du monde de demain, autour de l’entreprise. Et, partant, la possibilité d’une nouvelle révolution en regard des conceptions dominantes de l’entreprise en France.

Liberation

21.06.16

Pour l’exécutif, la conjoncture actuelle aurait pu être propice : l’amélioration économique, tant espérée depuis les débuts du quinquennat, se manifeste sous des signes convergents. Pourtant, cette nouvelle livraison du baromètre mensuel Viavoice - Liberation révèle que le Premier ministre recueille des scores faibles et en érosion, que l’image du ministre de l’Économie décroche et que François Hollande ne bénéficie pas pour l’instant de dynamique nouvelle. En contrepoint, les présidentiables LR reprennent la main…

Logo revue civique

06.06.16

Les habitants de Seine-Saint-Denis et du nord de Paris s’inquiètent de l’émergence d’une contre-société : 74 % pensent que les activités non-déclarées sont un phénomène « de plus en plus fréquent », 67 % ont une image négative de ces trafics, 45 % considèrent que ce phénomène s’est aggravé depuis deux ou trois ans, 55 % depuis plus longtemps, et qu’il concerne tous les secteurs économiques. Il faut prendre en compte des facteurs nouveaux à l’origine du développement de cette « contre-société » : Toutes ces activités se développent aujourd’hui, selon les habitants de Seine-Saint-Denis et du nord de Paris (comme pour l’ensemble des Français), à la faveur de deux facteurs : le développement de l’économie numérique, qui permet de dissimuler par exemple des activités de travail au noir ou des échanges (achats-ventes) de produits sans formalités (fiscales notamment) ; la crise économique et les difficultés sociales ensuite, qui encouragent la « débrouille », les activités non déclarées permettant, selon les sondés, d’arrondir les fins de mois. Cette tendance inquiète majoritairement l’opinion publique en Seine-Saint-Denis et Nord de Paris aussi, tout d’abord pour l’impact de ces activités sur l’emploi, mais aussi pour le manque à gagner pour les finances publiques, mais également pour les problèmes suscités par ces pratiques pour les personnes elles-mêmes. 71 % qualifient le « travail au noir » de dangereux, 66 % de nuisible (35 % de nécessaire). 79 % qualifient le « marché noir » de cigarettes de dangereux, 78 % de nuisible (15 % de nécessaire).

Logo la croix

23.05.16

Les Français seraient-ils « dépolitisés » ? Souvent présentés comme en proie à la désillusion et au rejet des appareils politiques, dubitatifs sur les solutions apportées par les principaux candidats, tentés par l’abstention, et finalement éloignés de la politique, notre sondage Viavoice-La Croix montre au contraire, à quelques mois d’échéances cruciales pour la vie politique française – Primaire de la droite et du centre, élections présidentielle et législatives – que les Français sont en attente de politique, et montrent même, pour une part significative d’entre eux, une volonté de s’engager et de peser sur le débat public.

Image sondage La Croix

Liberation

23.05.16

En vue de 2017, Nicolas Sarkozy serait-il déjà disqualifié ? Beaucoup le pensent, d’autres estiment que son aptitude électorale lui permettra de faire in fine la différence. Un an après la création du parti Les Républicains (30 mai 2015) et six mois avant les primaires, quelle est exactement la situation d’opinion concernant Nicolas Sarkozy ? Cette nouvelle livraison du baromètre Viavoice-Libération, complétant nos « portraits de présidentiables » (après Emmanuel Macron le mois dernier), révèle l’actualité d’un discrédit majeur concernant Nicolas Sarkozy, et les raisons d’une régression presque continue depuis son retour.Les scores sont sans appel : 72 % des Français ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy se présente à la présidentielle de 2017, 64 % des sympathisants de droite et du centre partagent cette opinion, et 45 % des sympathisants LR. Surtout, ce discrédit actuel consacre une régression régulière depuis le retour effectif de l’ancien chef de l’État en politique : En février 2015 (trois mois après son élection à la présidence de son parti), 37 % des Français estimaient que Nicolas Sarkozy serait un « bon président de la République » pour la « France à partir de 2017 ». Ce score situait l’ex-président de la République au deuxième rang des responsables de droite, après Alain Juppé ; Aujourd’hui, seuls 21 % des Français partagent cette opinion (-16 points). Surtout, au palmarès des présidentiables de droite et du centre, le dirigeant LR est désormais devancé, outre Alain Juppé (45 %), par François Fillon (29 %), François Bayrou (25 %) et Bruno Le Maire (23 %). Désormais, parmi les Français, la galaxie du sarkozysme et de ses opposants se partage en trois mondes : ceux qui déclarent n’avoir « jamais cru » en Nicolas Sarkozy (44 % des Français), ceux très minoritaires (13 %) qui lui sont toujours fidèles, et ceux nombreux (32 %) qui déclarent avoir cru en lui mais n’y croient plus : un tiers de « déçus ».

Logo IdinvestFigaro

22.05.16

Pour deux Français sur trois, le digital est une opportunité pour l'entrepreneuriat féminin.

L’indice Idinvest Partners « Entreprendre » est en hausse en ce premier semestre 2016 (320, +20 points), porté par une conjoncture moins difficile, notamment en termes de croissance et d’emploi. Toutefois, cette inversion tendancielle reste encore timide, après deux semestres de baisse de l’envie d’entreprendre, et devra se confirmer dans les prochains mois.

Au-delà de ces éléments de conjoncture, l’entrepreneuriat apparaît aujourd’hui à un tournant historique. Longtemps domaine réservé d’hommes d’affaires expérimentés, aux relations et aux capitaux importants, la création d’entreprise s’ouvre de plus en plus à de nouveaux profils, et notamment aux femmes.

Une évolution de fond amenée à s’amplifier dans les années à venir, selon les Français, car portée par les besoins des entreprises et de l’économie :

- Un besoin d’innovation, de créativité et d’anticipation des tendances de consommation, des qualités largement reconnues aux créatrices d’entreprises ;

- Au sein d’une économie de plus en plus liée, et portée, par le digital, qui offre aux femmes de nouvelles opportunités pour entreprendre, selon 66 % des Français.

HECFigaro FranceInter

02.05.16

Alors que le FMI vient d’abaisser sa prévision de croissance pour la France à 1,1 % pour cette année, les relais de croissance semblent manquer pour l’économie française, au-delà des réformes structurelles engagées ces dernières années et qui n’ont pas, jusqu’à aujourd’hui, suffit à redresser suffisamment l’économie française pour commencer à parler d’une véritable « reprise ». Parmi ces relais de croissance, les innovations digitales sont identifiées par les cadres français à la fois comme un formidable accélérateur de performance dans les secteurs « traditionnels », et comme un espoir de développement et de conquête internationale pour les fleurons français du secteur numérique. Une voie de développement à ne pas négliger donc, en tant que levier de compétitivité essentiel pour l’économie.

Logo Brand Managers

29.04.16

Souvent appréhendée de manière unidimensionnelle, par sa représentation commerciale, et la force du lien qui l’unit au consommateur, ou par sa valeur financière, la question de la marque méritait d’être appréhendée de manière plus globale. C’est pourquoi la Brand Managers Association a réalisé avec Viavoice une étude sur la  perception de la marque en tant qu’actif incorporel de l’entreprise auprès des cadres et du grand public, en France et au Royaume-Uni. Dans un contexte où les marques semblent régulièrement décriées, mises en doute, relativisées par les consommateurs, l’étude rend compte du fait qu’il existe dans l’opinion une reconnaissance forte de la valeur économique de la marque. Une marque est perçue massivement comme créant  de la valeur pour l’entreprise, et ce au même titre que d’autres actifs immatériels comme l’expertise technique, la compétence managériale, l’engagement des collaborateurs, ou encore la vision d’un dirigeant. L’influence de la marque s’exerce ainsi sur toutes les dimensions de l’entreprise, et pas uniquement sur le  consommateur, qu’il s’agisse d’aider à trouver les bons partenaires, à faire venir de nouvelles recrues, ou à  renforcer son attractivité auprès des actionnaires. Reste maintenant à mieux faire connaître et comprendre la valeur  ajoutée du Brand manager, dont la perception de la fonction est centrée sur les enjeux de gestion d’image et de réputation, plus que sur la création de valeur pour l’entreprise. C’est la raison d’être de la Brand Managers Association, créée en 2015, dont l’objectif est de fédérer des personnes de tous  horizons (annonceurs, agences, étudiants, enseignants et experts de la marque) autour d’une conviction : la marque, si on la place au cœur de l’entreprise, fait progresser durablement sa performance économique.

Liberation

21.04.16

Le Baromètre politique Viavoice - Libération s'interroge : Les leaderships de demain seraient-ils désormais établis ? Après la consécration d’opinion en faveur d’Alain Juppé, Emmanuel Macron bénéficie d’une période propice : Désormais, 38 % des Français estiment que le ministre de l’Économie serait « un bon président de la République » pour 2017 » (+8 points en un mois), loin devant Manuel Valls (28 %, +4) ; Une popularité qui s'inscrit dans le sillage de la création du mouvement « En marche » et de sa forte médiatisation, mais qui s'appuie aussi sur des traits d'image ancrés dans l'opinion : Emmanuel Macron est considéré par une majorité de Français comme "porteur d'idées nouvelles" (55 %) et "compétent" (54 %). Ces atouts cachent toutefois des décalages entre l'image du ministre de l'Economie et "le peuple" et ses préoccupations : seules 31 % des personnes interrogées considèrent qu’Emmanuel Macron est « en phase avec les attentes des Français », et seules 28 % le jugent « proche des gens ». Ce talon d’Achille est sérieux pour celui qui entend lever les « blocages » en France. Dès lors apparaît la limite du phénomène d’opinion : si François Hollande ne se présentait pas en vue de 2017, 43 % des Français et surtout seulement 38 % des sympathisants de gauche aspireraient à une « candidature Macron ».

logo syntec rpLaTribune strategies

04.04.16

Trophées de la Réputation 2016 : Google, Decathlon et Samsung ou trois leviers de réputation, tendance 2016... Que devient la réputation dans un contexte de fluidités croissantes (mutations de société, fluctuations des comportements de consommation, bouleversements technologiques inédits) et de défiances ouvertes ? En dépit de ces défis, cette nouvelle livraison du baromètre « Publics-Réputation » révèle que de grandes marques tirent très bien leur épingle du jeu et s’imposent auprès des Français. Au palmarès global de la réputation, les entreprises les mieux cotées sont Google qui refait son entrée en tête du podium, suivi par Decathlon et par Samsung. D’où ces entreprises tirent-elles aujourd’hui la force de leur réputation ? En réalité prévalent trois concepts, caractérisant bien chacun des trois leaders : une « marque compagnon », le care et l’innovation permanente. Trois leviers de réputation bien entendu non exclusifs ni exhaustifs, mais extrêmement puissants et qui fondent une réputation tendance 2016.

HECFranceInter Figaro

04.04.16

Serait-ce un printemps économique ? Le projet de loi El Khomri, consacré à la réforme du code du travail, contribue-t-il à améliorer l’état d’esprit des cadres concernant l’avenir économique de la France ? De fait, cette nouvelle livraison du « Baro éco » Viavoice – HEC – Le Figaro – France Inter révèle une nette amélioration du « moral des cadres ». Mais cette amélioration s’explique davantage par un regain de confiance en matière de conjoncture et d’emploi, et moins par les effets attendus du projet de loi El Khomri.

Liberation

25.03.16

Assiste-t-on à une clarification des leaderships ? Projet de loi El Khomri, déchéance de nationalité, menaces sécuritaires, signes de printemps économique : la période, très dense et en mutations, permet-t-elle de dessiner le paysage de 2017 ? En réalité, cette nouvelle livraison du baromètre mensuel Viavoice – Libération révèle que deux évolutions contraires : La gauche entre dans une véritable turbulence des leaderships ; À droite au contraire s’affirme le « phénomène Juppé » composant un sacre d’opinion, lequel n’est pas nécessairement un sacre électoral.

Logo KlesiaLiberation

L’institut Viavoice a réalisé, pour la première fois, une étude d’opinion approfondie sur la notion d’intérêt général, sa perception par les Français, les modalités de mise en oeuvre d’actions d’intérêt général, les priorités d’actions souhaitées par les Français, les échelons de décisions et les acteurs qu’ils estiment comme les plus légitimes, les freins qu’ils percoivent concernant le développement d’actions d’intérêt général. Un Observatoire Viavoice-Klesia, qui contredit les idées reçues sur l’égoïsme ou les replis sur soi qui caractériseraient la société française (étude publiée en partenariat avec Libération, le 24 mars 2016, à l’occasion de la convention annuelle Klesia, qui a ouvert un large débat sur les résultats de cet Observatoire de l’intérêt général).

Liberation

24.03.16

L’exécutif a-t-il convaincu ? Alors que de nouvelles mobilisations contre le projet de loi El Khomri sont attendues le mercredi 30 mars, les résultats de cette nouvelle vague du baromètre mensuel Viavoice-Libération indiquent que, malgré les adaptations présentées par le Premier ministre, l’opinion n’est pas reconquise. Une large majorité de Français demeurent opposés (58 %) au projet de loi, et soutiennent (54 %) les mouvements sociaux à venir.

HEC Figaro FranceInter

07.03.16

Parité en entreprises : sous les efforts, des archaïsmes ? La parité progresse dans les entreprises, selon les cadres. Invités à se prononcer sur ce sujet, 76 % d'entre eux pensent que les efforts des entreprises pour améliorer la parité et l’accès des femmes à des postes à responsabilités sont « plus importants qu’il y a quelques années ». Pour autant, derrière cette évolution notable, se cache une large part de déception vis-à-vis des actions des entreprises en faveur de la parité

Figaro Logo Challenges  FranceInter BFMB Logo revue civique

20.02.16

Face au dumping fiscal et une forme de concurrence déloyale, qui « choque » très largement (69 %) les Français, les citoyens en appellent au « patriotisme numérique » (français autant qu’européen) et plébiscitent un label. L’étude de l’institut Viavoice pour la Revue Civique sur les perceptions de l’économie numérique par les Français est sans appel sur ce point : une très large majorité (69 %) considère en effet « choquant » que des entreprises qui vendent des produits ou des services en France ne paient pas (ou peu) d’impôts en France.

Liberation
10.02.16

CapturaUne candidature unique à gauche jugée indispensable par les Français et les sympathisants de gauche. A un peu plus d'un an de la fin de son mandat et de la prochaine élection présidentielle, François Hollande ne parvient pas à mobiliser puisque les trois quarts (75 %) des Français estiment que sa « victoire » à l’élection présidentielle de 2017 n’est pas « souhaitable », voire même qu'elle n'est pas « possible » pour 70 % d'entre eux. Face au risque d'une gauche absente du second tour, une majorité de Français (53 %) et plus encore de sympathisants de gauche (79 %) estiment par ailleurs qu'une union de la gauche autour d’une candidature commune serait « indispensable pour assurer la présence d’un candidat de gauche au second tour ». Une union passant par une primaire, que les sympathisants de gauche souhaiteraient ouverte à « tous les candidats potentiels à gauche, y compris François Hollande s’il le souhaitait » (74 %) plutôt que circonscrite à la gauche de la gauche.

MASFIP Fondationdelavernir
04.02.16

Cancers à risque héréditaire : 87% des Français sont favorables au dépistage en cas de prédispositions génétiques au cancer dans leur famille. A l’occasion de la Journée Mondiale contre le Cancer, jeudi 4 février, la Fondation de l’Avenir et la Mutuelle d’Action Sociale des Finances Publiques (Masfip) dévoilent les résultats de leur étude (1ère en France) réalisée par Viavoice évaluant le niveau de connaissances des Français sur les cancers favorisés par des prédispositions génétiques ainsi que leur perception sur ce sujet. 

HEC Figaro FranceInter
01.02.16

GraphBaroEcoDecembre2015Baisse du moral des cadres. L'indice du "moral des cadres" perd 5 points, à -35. Ce repli s'explique notamment par une progression des inquiétudes en matière d'emploi, en dépit des annonces effectuées par le président de la République. La possibilité à terme d'une nouvelle dynamique de l'entrepreneuriat : pour relancer la croissance, l'entrepreneuriat est certes pénalisé à court terme aux yeux des cadres par la fiscailté (63 %) et par les complexités administratives (63 %). Mais il existe à terme la possibilité d'une nouvelle dynamique de l'entrepreneuriat, favorisée par un potentiel (47 % des cadres déclarent avoir déjà pensé à créer leur propre entreprise), par des mutations économiques et sociétales propices, et par des opportunités en matière d'innovations.

Liberation
15.01.16

Ce début d’année impose-t-il une nouvelle donne politique ? Deux mois après les attentats du 13 novembre et à plus d’un an de la présidentielle, des changements se dessinent-ils au sein d’une France politique volontiers qualifiée de « bloquée » ? Cette nouvelle livraison du baromètre Viavoice-Libération révèle :
- À gauche la course en tête de Manuel Valls face à un François Hollande qui peine à reprendre la main et la « dynamique Macron », à droite la prééminence croissante d’Alain Juppé face à un Nicolas Sarkozy très fragilisé ;
- Une forte adhésion des Français à la révision constitutionnelle (70 %), en dépit d'interrogations réelles (efficacité, opportunité) et d'inquiétudes manifestes concernant les libertés publiques, notamment auprès des sympathisants de gauche.

Télécharger les résultats de l'étude publiée par Libération, Janvier 2016.

slatelogo LogoRevueCivique
14.01.16

DiversiteLes Français et la diversité : Un attachement clair et des pistes d’amélioration pour une télévision plus représentative. Deux mois après les attentats du 13 novembre et une semaine après la commémoration de ceux de Janvier 2015, il nous a paru pertinent de publier un sondage sur ce que les Français pensent de la diversité à la télévision, comment ils perçoivent le traitement qui en est fait et la capacité perçue de certains présentateurs ou présentatrices à valoriser ou pas la diversité. La diversité à la télévision française : bien représentée dans l’ensemble mais de manière négative, surtout pour les populations maghrébines. Si 65% des Français interviewés considèrent que la diversité (origines ethniques) est suffisamment bien représentée aujourd’hui à la télévision, ils sont aussi nombreux à penser que certains groupes sont représentés de façon négative. Jusqu’à 48% des Français considèrent que les Maghrébins sont représentés de façon négative à la télévision, et 22% des interviewés pensent que les personnes noires sont aussi représentées négativement (...).-

PointsdeVente
07/11/2015
bio
1 Français sur 2 utilise du Bio. Mais quelles sont les catégories les plus utilisées et quels circuits performent le mieux pour l'achat du Bio en France ? Comment rendre les PDV Bio attractifs ? Les consommateurs du Bio est une cible très investie, car 93% sont également acheteurs du Bio. La dimension de l'environnement d'achat est clé. L'accent doit être mis sur les catégories alimentaires en priorité (92% d'acheteurs Bio concernés par l'achat de l'alimentation ou d'autres catégories qu'on ingère, de type compléments alimentaires). Mais l'offre non alimentaire a également beaucoup progressé et concerne aujourd'hui 74% d'acheteurs du Bio - les nouveaux entrants prennent de la vitesse (si les jouets Bio ne représentent que 3% des achats, le linge de maison, les articles de décoration Bio, les peintures ou cartouches d'encre Bio sont adoptés déjà par 5% d'acheteurs, alors que le textile & les vetements Bio dépassent 11%). C'est aux magasins de mettre en scène l'étendue de l'offre pour favoriser les pratiques responsables et continuer la pédagogie sur les bénéfices du Bio au-delà de l'alimentation, les cosmétiques et les produits ménagers Bio. 
 
 

HEC Figaro FranceInter
07.12.15

GraphBaroEcoDecembre2015Le grand clivage nord-sud, ou vers un nouvel ordre économique du monde ? La vision des cadres sur le monde qui vient.
L’histoire serait écrite : au cours des années qui viennent, les États-Unis et la « vieille Europe » perdraient de leur lustre sur la scène économique mondiale, tandis que la Chine s’imposerait avec force. La « guerre économique » de demain n’opposerait-elle pas le vieil Oncle Sam à l’Empire du Milieu ? À ce scénario simple, les cadres n’adhèrent pas véritablement, et lui substituent une toute autre vision, celle d’un nouvel ordre économique du monde. C’est ce que révèle cette nouvelle livraison du « Baro éco » réalisé par Viavoice pour HEC, Le Figaro et France Inter. En outre, après les attentats du 13 novembre à Paris, les cadres affichent, en réaction, un regain de mobilisation pour l’avenir.

LogoRevueCiviqueLiberationLobsFranceInter

02.12.15

TourEiffelAprès les attentats du 13 novembre - État, République, Nation. Sous les unanimismes français : tempérances, dissidences, concurrences.
Après la stupeur et l’émotion, la France se serait-elle soudain retrouvée ? Dès les attentats du 13 novembre et depuis cette date, et comme rarement au cours de son histoire, la France a mobilisé tout à la fois les forces de sécurité, l’armée, l’école, Marianne, le drapeau tricolore, la Marseillaise. Sous cette profusion, ce sont trois fondamentaux de la France qui ont été portés au pinacle tels des fédérateurs et des protecteurs : l’État, la République, la Nation. Ces trois références essentielles ont été érigées conjointement, à la manière d’un totem inaliénable.

LogoRevueCivique Express RadioClassique
02.12.15

ContresocieteGraphActivités non déclarés : travail au noir, marché noir et multi-trafics. Une « contre-société » en développement, très majoritairement critiquée.
Mais une « contre-société » également légitimée, et dans certains cas acceptée, par un grand nombre de Français. Les activités non déclarées, l’économie parallèle, le travail « au noir » ou la vente de produits hors des circuits légaux… toutes ces activités se développent aujourd’hui, selon les Français, à la faveur de deux facteurs : le développement de l’économie numérique, qui permet de dissimuler par exemple des activités de travail au noir ou des échanges (achats-ventes) de produits sans formalités (fiscales notamment) ; la crise économique et les difficultés sociales ensuite qui, selon les sondés, encouragent la « débrouille », les activités non déclarées permettant par exemple d’arrondir les fins de mois. Au-delà d’une vision binaire de ce qui constitue une « contre-société » ou une économie parallèle, notre étude fait ressortir, de manière précise et inédite, les perceptions d’une opinion publique à la fois en attente de fermeté et de souplesse sur ces questions. Avec aussi une demande de réhabilitation de l’«économie réelle».

Télécharger l'étude "Les Français et la contre-société", publiée le 02.12.15

 

Harmonie
24/11/2015

Dans la continuité des vagues précédentes du Baromètre « Entreprise et Santé » réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle, les salariés comme les dirigeants d’entreprise considèrent l’entreprise comme un acteur de santé majeur, au bénéfice tant des salariés que de l’activité économique en elle-même.

Figaro Idinvest
23.11.15

captureidinvestUn entrepreneuriat français moins dynamique mais davantage porté vers l’innovation qu’en Allemagne et au Royaume-Uni

La troisième vague du Baromètre « Envie d’entreprendre » Idinvest Partners, réalisé par Viavoice et publié dans Le Figaro, n’est a priori pas optimiste pour notre pays : confrontée à une baisse conjoncturelle des aspirants à l’entrepreneuriat, distancée par l’Allemagne et le Royaume-Uni sur ces indicateurs, la France semblerait en retard et reléguée pour longtemps loin derrière ses voisins en temps que terre d’élection pour la création d’entreprise. En réalité, l’entrepreneuriat français est plein de ressources pour l’avenir : plus convaincus qu’ailleurs des opportunités existantes dans leur secteur, plus optimistes sur les opportunités offertes par l’évolution des modes de vie et de consommation, les futurs entrepreneurs français sont certes moins nombreux qu’ailleurs mais aussi davantage portés vers l’innovation, et animés d’une valeur forte pour demain : l’effort et le courage.

Télécharger l'étude L'indice Idinvest Partners « Entreprendre » / Etude comparative sur l'envie d'entreprendre dans trois pays : France, Allemagne et Royaume-Uni

 

Liberation
09.11.15

Crédibilité présidentielle : Nicolas Sarkozy et Manuel Valls en baisse, Alain Juppé seul en tête.

BaropresidentiablesÀ un an et demi de la prochaine élection présidentielle, rien n’est joué, ni à droite ni à gauche, et les Français semblent toujours refuser les principaux candidats désignés, ou tout du moins pressentis pour la plus haute fonction de l’Etat, qu’il s’agisse du Président actuel, de son Premier ministre ou du chef de l’opposition. Alors que François Hollande reste à des niveaux très bas de popularité, le recours possible que pourrait constituer Manuel Valls ne s’impose pas non plus complètement puisque seuls un tiers des Français (33 %) le considéreraient aujourd’hui comme un « bon Président de la République » pour l’avenir de la France, en chute de 5 points depuis septembre. À droite, l’équation semble encore plus complexe puisque Nicolas Sarkozy, quoique toujours populaire dans son camp, apparaît de plus en plus distancé dans l’opinion, que ce soit par Alain Juppé – loin devant – mais aussi par François Fillon, son ancien Premier ministre le dépassant aujourd’hui en termes de crédibilité présidentielle. De quoi relancer largement les pronostics pour les primaires à droite, prévues dans tout juste un an.

PointsdeVente
02/11/2015
made in France
Le 'made in France', qu'est-ce que cela représente pour les consommateurs ? Est-ce une valeur d'avenir ? Comment les Français le pratiquent au quotidien ? Plus qu'un phénomène marginal, 92% des Français déclarent consommer 'local'. Mais que 14% pensent au 'made in France', avant tout il s'agit d'une identité régionale (57%), d'être fabriqué en France ne suffit donc plus pour véhiculer une valeur ajoutée. La notion de l'origine du produit est clé pour 52% des Français, suivi du caractère artisanal et authentique des produits locaux (46%) pour créer de l'intérêt des Français. La consience collective a également déjà intégré la dimension sociale - puisque 45% des Français s'intéressent au local, car cela permet de contribuer aux emplois français, et pour 37% d'entre eux c'est le moindre impact environnemental qui fait sens.
 
 
 
 

HEC Figaro FranceInter
03/11/2015

Vers l’accomplissement d’une synergie économique et environnementale ?Conférence de Paris sur les changements climatiques : des cadres très sceptiques concernant l’issue de la COP21 et qui en appellent massivement à la mobilisation des entreprises.

La chose est entendue, ou à tout le moins de plus en plus consensuelle. Comme une grande partie de l’opinion publique, comme le chef de l’État lui-même qui annonçait devant l’Assemblée générale des Nations Unies que « Rien n'est gagné pour la COP, tout reste possible », les cadres français s’avèrent sceptiques quant à la possibilité d’arriver à un accord international ambitieux lors de la prochaine conférence des parties sur les changements climatiques (COP21). Pour autant, l’heure ne semble pas être au défaitisme, mais à la mobilisation : celle des États et des responsables politiques mais également celle des entreprises, que les cadres estiment aujourd’hui encore trop frileuses dans leurs engagements.

PointsdeVente
05/10/2015
caddy promo
Le pouvoir d'achat toujours insuffisant, mais quelles sont les stratégies des Français pour y faire face ? 69% des Français se sentent contraints financièrement. 66% ont trouvé une solution dans le recours aux cartes de fidélité proposées par leurs magasins (la solution la plus pratiquée par les Français) ; 40% pratiquent les programmes de fidélité proposées par les marques (top 3 des solutions). Plus d'un Français sur 3 pratiquent la chasse aux codes promos et bons de réduction sur internet. Sans trop de surprise. En revanche, l'étude a démontré deux autres drivers tout aussi importants : la bascule si les frais de livraison sont offerts pour les achats sur internet (top 2 des solutions, 44%) et l'achat de produits en lots (pratiqués par 35% de la population). On questionne très souvent le mécanisme promotionnel d'un remboursement différé, en pratique 22% des Français déclarent l'utiliser pour retrouver leur pouvoir d'achat (alors qu'ils ne sont que 13% à opter pour les opérations 'satisfait ou remboursé'). L'achat en format 'recharges' permet de faire des économies pour 28% des Français - à ne pas négliger pour l'innovation produits. Une nouvelle pratique qui gagne également du terrain, les sites offrant du 'cash back', utilisés déjà par 18% des Français.     
 
 
logo flashconso bloc logo date 30sept2015
30/09/2015 
 
35% des Français ont eu un coup de cœur pour une pub (la tendance est définitivement à la baisse), de plus en plus de Français se détournent de la publicité.
  • Le top 1 est occupé par la pub Pulco, une ode à l’oisiveté allant à contre-courant du fait-maison tant valorisé par les ménagères. La citronnade pressée pour nous a du bon, au passage tous les ingrédients y sont : l’accent sur la naturalité, le goût subtilement souligné et l’aspect sain du produit, sans sucre. Le tout sur un fond d’une scénographie estivale qui donne envie. A quoi bon de s’en priver ?  
  • La Marseillaise retentit dans la pub de Toyota Yaris ce qui vaut un placement en top 2 du mois. Le made in France a frappé : en soi, le critère du ‘made in France’ guide désormais la décision d’achat ; dans le contexte de Toyota, il est capable de redonner de la fierté, voire de déculpabiliser l’acquisition d’une marque étrangère. In fine, la publicité n’est pas seulement esthétique et captivante, mais remplit un rôle pédagogique.
  • En top 3 et 5, qu’il s’agisse d’une copie IKEA, Cetelem, Lidl ou EDF – le palmarès démontre que l’humour reste l’une des conditions de succès (pour ne pas dire, l’unique…) pour interpeller le consommateur et le réconcilier avec le principe même d’une publicité.
  • En top 4, c’est Johny Depp qui porte la publicité pour Sauvage de Dior. Même si la compréhension n’est pas au rendez-vous systématiquement, l’acteur continue de fasciner, tout autant que l’idée même d’évasion ou de quête de sens personnelle.

 

Harmonie       FranceInter      lExpress
30/09/2015

Cette nouvelle vague de « L’Observatoire de l’âge » réalisée par Viavoice pour Harmonie Mutuelle, L’Express et France Inter révèle des enseignements optimistes sur le grand âge : à l’heure où la vieillesse n’est évoquée que sous l’angle de la fin de vie ou de la dépendance, cette étude montre que 84 % des personnes de 70 ans et plus se déclarent « heureuses ». Surtout, au­‐delà de ce chiffre, les séniors se révèlent porteurs d’un message particulièrement encourageant : loin des déterminismes (sociaux, économiques, psychologiques) qui permettraient à certains d’être toujours heureux et condamneraient d’autres à ne pas l’être, nos aînés considèrent en effet que le bonheur n’arrive pas par hasard, mais qu’il est aussi un apprentissage, quelque chose qui s'apprend et se construit tout au long de la vie. Invités à livrer spontanément leur « définition du bonheur », ils citent ainsi des choses très simples mais essentielles du quotidien : la santé (53 %), l’entourage (52 %) et l’idée de profiter de la vie (25 %). Mais au-delà de ces réponses génériques apparaissent trois grands chemins du bonheur, très différents, et auxquels ces grandes solutions contribuent : celui du "bien-être", celui du "bien-vieillir", et celui des "petits bonheurs" du quotidien.

Télécharger en pdf les résultats de l'étude

Harmonie      
16/09/2015

Le parcours de soins en France est-il toujours une sinécure ? Compte tenu de la qualité de notre système de soins, de la création en 1998 de la Carte Vitale (rénovée depuis 2007), puis de la réforme de 2004 instituant le parcours de soins « coordonnés » (par le médecin traitant et sous peine de pénalités financières), la France semble bénéficier pour tous de conditions très favorables. Pourtant, cette étude d’opinion Viavoice réalisée pour Harmonie Mutuelle révèle que le parcours de soins réserve trois épreuves, qui concernent des catégories de publics distincts et souvent désemparés : l’épreuve de la complexité du parcours, l’épreuve la pertinence de l’accompagnement, l’épreuve du financement des soins. Télécharger en pdf les résultats de l'étude

Liberation
15/09/2015

Valls-Hollande : un écart qui s’amplifie.Travail : réformer le chômage plutôt que l’emploi. Cette rentrée 2015 est paradoxale : dominée pour une large part par les bouleversements concernant l’actualité des migrants, elle est a contrario caractérisée par un sentiment d’immobilisme en matière d’emploi (un chômage qui ne baisse pas) et de croissance (nulle au deuxième trimestre). En regard de cette atonie économique et sociale, cette nouvelle livraison du baromètre Viavoice-Libération révèle de profonds désirs de changements au sein de la société française :
-Politiquement, à gauche, l’écart entre Manuel Valls et François Hollande s’amplifie ;
-Économiquement et socialement, l’immense réflexion consacrée au droit du travail nourrit surtout des attentes massives de réformes concernant la situation des demandeurs d’emploi, plutôt que concernant les personnes en activité professionnelle.

ObservatoireCurie
10/09/2015

Pour la 3e année consécutive, les résultats de Observatoire cancer Institut Curie - Viavoice 2015 ont été dévoilés le 10 septembre. Cet observatoire vise à analyser l’opinion des Français sur le cancer, ses enjeux, sa prise en charge, l’après-cancer ou encore l’information sur la maladie.

Il permet également de mettre en lumière et de comprendre les enjeux sociétaux liés à cette pathologie, en prise directe avec les grandes priorités définies par le 3e Plan Cancer. L’édition 2015 se concentre sur deux thématiques : d’une part, la coordination ville-hôpital et les échanges entre professionnels de santé et, d’autre part, l’information délivrée au patient.

PointsdeVente
07/09/2015
im sept2
Drive, stratégie incontournable ? Pour les courses alimentaires, l'achat en ligne avec un retrait des commandes dans les points "drive" est la deuxième stratégie d'achat préférée des Français (après l'achat en magasin avec un retrait immédiat des marchandises). La situation est radicalement opposée pour les achats non alimentaires, où le drive est le dernier à être préféré (loin après l'achat en réseau physique, les services de livraison à domicile et passe même après le système de 'click&collect'). 73% des Français pratiquent le drive que rarement et seuls 25% des non utilisateurs envisagent d'utiliser le drive dans le futur. Est-ce parce que le concept peut être amélioré ? - c'est l'avis de 68% des utilisateurs du Drive. 
flash distri logo
21/08/2015
 

Le comportement d'achat change en été : mythe ou réalité ?  Finalement, pas trop de différence dans les courses pour 82% des Français qui continuent à faire leurs achats en France durant la période de grandes vacances. 43% ne quittent pas leur zone de chalandise habituelle et 43% changent de région, ainsi 54% achètent dans les mêmes enseignes et dans les mêmes magasins. La majorité fait les courses aussi souvent qu'avant, et 1 sur 2 dépense autant. Toutefois, l'été favorise la sensibilité aux promos et autorise les achats-plaisirs.  

 

LogoRevueCiviqueExpress RadioFrance
08/07/2015

LibertesindividuellesLe sens de l’histoire serait établi et irréversible : nos libertés individuelles seraient en progression continue, promues par les principes démocratiques, par l’économie de marché, par la société de consommation et par les valeurs individualistes. Les libertés individuelles constitueraient une part de notre identité non négociable, héritée des Lumières, des idéaux révolutionnaires, des pères fondateurs de la République.

Pourtant, ces dernières décennies et aujourd’hui, des signaux s’accumulent qui conduisent à s’interroger sur la réalité de cette histoire. Par des voies différentes, les libertés individuelles paraissent mises en causes : surveillances (sur Internet notamment), interdits (sur la route, tabac, alcool), injonctions (pratiques de consommation).

Liberation
06/07/2015
L’histoire de 2017 serait déjà écrite, le face-à-face Hollande-Sarkozy presque engagé. Pourtant en termes d’opinion, Manuel Valls et Alain Juppé perturbent ce jeu en capitalisant sur des soutiens plus importants que les deux premiers prétendants.

Surtout, cette nouvelle vague du baromètre politique Viavoice pour Libération révèle les bons scores obtenus également par Martine Aubry, Ségolène Royal et même… Dominique Strauss-Kahn concernant leur capacité perçue à être candidats de gauche en 2017. Et elle illustre ainsi de profonds désirs de rupture au sein de l’opinion.

 
PointsdeVente
06/07/2015
clickandcollectProgresse doucement mais loin d'être généralisé. Tout le monde en entend parler. De grandes surfaces aux boutiques de lingerie... - tout le monde s'y est mis peu à peu. Quant est-il des usages réels de ce service ? Seulement 11% des Français ont eu recours au "click&collect" dans les 12 derniers mois. C'est pratique, cela peut améliorer l'image du magasin, c'est très moderne (même si c'est plutôt adapté aux articles de petite taille...) mais de là, à préférer le "click & collect" aux autres statégies d'achat...- il y a encore du chemin à parcourir...
 
HEC Figaro FranceInter
03/07/2015
 
La situation en Grèce n’est-elle qu’une affaire grecque ? En défaut de paiement de ses créanciers (Union européenne et FMI), soumise à l’hypothèse d’une sortie de l’euro, la Grèce est appelée à se prononcer par référendum dimanche 5 juillet. Pour les cadres en France, cette situation est-elle véritablement préoccupante pour l’économie européenne et également pour l’économie française ? Cette nouvelle livraison du « Baro éco » Viavoice – HEC – Le Figaro – France Inter livre des résultats massifs.
 
logo flashconso bloc logo date 30juin2015
30/06/2015

44% seulement des Français ont eu un coup de cœur pour une pub (le plus bas taux depuis 2014), probablement dû au beau temps qui dévie l’attention des publics. Les secteurs «Automobile» et «Food» se partagent les 2 premières positions. La «Distribution» remonte et les secteurs «Energie & Environnement» et «Maison» réintègrent le top 10 des secteurs-annonceurs. 

  • Le top 1Engie, une jolie annonce d’un monde qui change (pour tous et pour GDF-Suez), un retour sur les avancées technologiques des dernières années, mais également une mise en lumière de l’histoire et de l’énergie de chacun.
  • On retrouve les coups de cœur des mois précédents : Fiat 500X (N°2), LIDL « On est mal, patron » (N°3), et Coca-Cola « Vivre Maintenant » (N°4)
  • En top 3, DS3 offre une parenthèse lyrique à tous les amateurs de pubs, tel un clip vidéo, la série limitée est revisitée mais le style publicitaire aussi (un apaisement dans le flow publicitaire de plus en plus agressif).  
  • En top 5, deux modèles Ford, jouant soit la fibre humoristique (Ford EcoSport et son beau gosse en slip bien bleu...), soit la fibre quasi maternelle/paternelle des spectateurs, avec un petit garçon et sa grosse peluche retrouvée dans le coffre de Ford C-Max.  
 logo 1
29/06/2015
EtudesshoppermetiersInitier une démarche Merchandising - apprendre autrement... Les spécialistes des études Shopper & Merchandising au sein du pôle Activation Marketing partagent leurs reflexions sur les bases du métier du Category Manager. Une allégorie plus qu'une leçon, une manière détournée... pour dévoiler leur vision du métier et de donner quelques conseils aux clients qui souhaitent mettre en place une démarche merchandising.
Découvrez l'article de l'Activation Marketing sur la démarche Merchandising selon un théorème de Mikado. Ce jeu très connu a des règles strictes, transposables au Merchandising, une réinterprétation très personnelle que nous vous proposons de découvrir dans cet article.
 
Bpce LeMonde FranceInfo
21/06/2015
 
En termes économiques, un cumul de facteurs favorables nourrit-il toujours un regain de confiance en l’avenir ? Actuellement, et singulièrement depuis le début de l’année, le contexte global apparaît plus prometteur que naguère pour la conjoncture économique du pays et pour les entreprises. Pour autant, cette nouvelle vague du « Baromètre des projets » révèle un scepticisme frappant au sein de l’opinion.
PointsdeVente
15/06/2015

L’institut Viavoice a sondé les Français pour connaitre leurs perceptions des commerces en centre-ville et apprendre s'il reste de l'espoir pour un renouveau... En effet, la relation à 'son commerçant' n'est plus ce qu'elle était, les GMS ont dominé les petits indépendants ; les clients ont oublié ce que c'est le sens de service et ne sont plus vraiment attachés à leurs commerces. 77% des Français ont un sentiment que le commerce a perdu son âme... Tout est alors à repenser. 

HEC Figaro FranceInter
01/06/2015
 
baroHECjuin2015De frémissements en vents porteurs, la « reprise » économique est devinée ou espérée depuis longtemps. Le 14 juillet 2013, le président de la République estimait que la croissance était « là » ; aujourd’hui (20 mai 2015) le ministre des Finances Michel Sapin juge « parfaitement possible » 1,5 % de croissance en fin d’année.

Qu’en pensent les cadres, aux avant-postes de la vie économique et de la conjoncture ? Interrogés lors de cette nouvelle vague du « Baro éco » Viavoice – HEC – Le Figaro – France Inter, ils émettent un jugement massif et sévère : les trois quarts d’entre eux (75 %) estiment que la « reprise économique » n’est « pas là ».

 
logo flashconso bloc logo date 28mai2015
28/05/2015
 
La cellule Activation Marketing se pose la question sur le devenir des marques et de la relation qu'elles doivent entretenir avec les consommateurs de plus en plus exigents. Malgrè les tensions évidentes, face aux consommateurs contraints, le marketing est accusé comme une stratégie manipulatrice. Mais quant est-il de ses vraies fonctions ? Comment donner du sens au marketing ? Comment rebatir les ponts entre les marques et les Français ?
 
logo flashconso bloc logo date 27mai2015
27/05/2015
 

51 % des Français ont eu un coup de cœur pour une pub. «Services» perdent 6 points dans les coups de cœur des Français (quid d’un renouvellement ?). Le secteur «Automobile» est également en recul de 6 points mais maintient sa position de leader et permet à deux acteurs de se placer dans le top 5 des publicités du mois. «Mode & Beauté» gagne 5 points (les beaux jours arrivent...) et le «Food» marque la meilleure progression (+7).

  • Le top 3 est partagé entre les publicités déjà remarquées dans les éditions précédentes (Fiat 500X, Nespresso et Cetelem).
  • En top 4, un nouvel entrant, Coca-Cola avec son claim « Vivre Maintenant », ses scènes de vies avec leurs joies et leurs peines. Plus terre-à-terre, voire plus sombre que ses campagnes précédentes, presque féériques autour du thème ‘Ouvre du bonheur’, la marque se place dans la vie réelle des gens. L’exécution musicale assurée par le rappeur Akhenaton donne à la marque beaucoup d’humilité, d’humanité et de modernité. Un appel à « Choisir Maintenant » de vivre son bonheur.
  • Toujours en top 4, une autre scène de vie de M et Mme Tout le Monde, jouée pour faire passer le message de sécurité routière. Pas d’image choc mais l’efficacité est redoutable grâce au talent d’Elodie Bouchez qui nous fait ressentir violemment la perte d’un proche.
  • La pub Citroën clôture le top 5, avec un petit élément de surprise où le personnage principal rentre dans l’affiche de l’abribus pour repartir au volant de la C1 plutôt que d’attendre. 
Bpce LeMonde FranceInfo
25/05/2015
 
Alors qu’elle entame sa quatrième année au pouvoir, la gauche est-elle en passe de perdre la bataille du pouvoir d’achat ? Élément important de la campagne de 2012, vecteur de justice sociale alors que Nicolas Sarkozy apparaissait pour beaucoup comme le « président des riches », le pouvoir d’achat serait-il à porter au passif de la gauche au pouvoir ? Le jugement porté par les Français dans le cadre de cette nouvelle livraison du « Baromètre des projets » est sévère : près de six sur dix estiment avoir perdu du pouvoir d’achat au cours des trois dernières années.
 
flash distri logo
05/05/2015
 
99% des Français pratiquent le shopping plaisir. Viavoice a voulu en savoir plus : quand et comment cela se passe exactement et surtout qu'est-ce qu'on achète pour se faire réellement plaisir ? Quand ? A quelle fréquence ? Comment ? Où ? Quelles catégories ? Tout savoir en 5 questions.
 
Liberation
11/05/2015
 

Ce mercredi 6 mai aura lieu le troisième anniversaire du retour de la gauche au pouvoir en France. Si le bilan est souvent jugé insuffisant notamment en raison de la persistance d’un taux de chômage élevé, quelles sont les perspectives d’avenir ? Non seulement en termes de souhaits et de pronostics pour 2017, mais plus profondément en termes de valeurs pour demain ?

Pour répondre à ces interrogations, Viavoice leur consacre cette édition exceptionnelle de son baromètre d’opinion, reposant sur un échantillon de 2 002 personnes et permettant de disposer de résultats significatifs auprès des sympathisants de gauche.

 
HEC Figaro FranceInter
04/05/2015
 

Le « moral des cadres » accède-t-il aujourd’hui à une nouvelle séquence de son histoire ? Il y a quatre ans, au cœur de l’été 2011, lors de la crise des dettes souveraines en Europe, l’indice synthétique du « moral des cadres » s’était effondré pour s’établir durablement dans une fourchette comprise entre  « -56 » et « -35 ». Depuis, pendant près de quatre années, l’indice a oscillé entre ces deux bornes (graphique page 6). Aujourd’hui, pour la première fois depuis l’été 2011, l’indice synthétique transgresse significativement ce périmètre, pour s’établir à -30. Dès lors, quelles sont les composantes de cette amélioration, ainsi que ses ressorts ?

logo flashconso bloc logo date 28avril2015
28/04/2015

Seulement 51% des Français ont eu un coup de cœur pour une pub au cours du dernier mois, le taux le plus bas depuis le mois de novembe 2014. Le secteur Automobile occupe la 1ère place du palmarès des secteurs-annonceurs, pour la deuxième période consécutive. Quant à l'Alimentation, au taux quasi identique au mois précédent, le secteur se voit pourtant devancé par les Services qui ont quasi doublé leur part de coeur auprès des Français. 

  • En top 1, la saga des sosies par Cetelem : les personnages attachants et leurs situations aussi absurdes que rigolotes amusent les Français. L'actualité autour de Polnareff a ravivé, quelque peu, l'intérêt envers la copie (diffusée pourtant depuis 2014  et déjà vue dans le top 5 en Février 2015).  
  • Les positions N°2 et N°3 sont investies par les acteurs Automobile : Fiat 500X (top 1 du mois de Mars, descendu en top 2) et Renault Zoé (dans le top 4 en décembre 2014, revient en top 3 en Avril 2015).    
  • Pour la 1ère fois dans notre palmarès, un acteur de la Distribution : Lidl en position N°4 - est-ce dû à une promesse produit de l'enseigne qui ne manque pas d'argument et qui séduit les Français ? ou à la mise à mal d'un patron d'une enseigne concurrente ? - à méditer...  
  • Le top 5 est clôturé par une nouvelle pub de Canal+ et sa vision de la disparition des licornes (l'humour mais également la narration globale, ainsi que l'esthétique des scènes semblent davantage fonctionner auprès des Français que la copie avec la dinde de Noël). 
Bpce LeMonde FranceInfo
27/04/2015
 
La dynamique d’amélioration subirait-elle un coup d’arrêt ? Après trois mois consécutifs de modération des inquiétudes en matière de pouvoir d’achat, enregistrée dans le cadre de ce « Baromètre des projets » Viavoice-BPCE réalisé pour Le Monde et France Info, les Français expriment aujourd’hui un degré de préoccupations comparable à celui du mois dernier. Qui plus est, ils affichent une forte défiance envers l’exécutif quant à sa capacité à agir en faveur du pouvoir d’achat.
Harmonie Figaro FranceInfo
13/04/2015
 
L’entreprise massivement attendue comme un « acteur de santé » : une vision confortée malgré les difficultés de la conjoncture actuelle. En ce premier semestre 2015, de quelle manière évolue l’image des entreprises et la perception de leur rôle en tant qu’acteurs de santé ? La persistance d’une conjoncture économique plus difficile en France qu’ailleurs, l’absence de décrue du chômage de masse (10,2 % en janvier 2015 contre 4,7 % en Allemagne), ne sont-ils pas de nature à recentrer l’entreprise sur ses missions purement économiques ? Au contraire, loin de cette hypothèse, les salariés et les dirigeants d’entreprise interrogés par Viavoice pour Harmonie Mutuelle dans le cadre de cette deuxième vague de l’Observatoire « Entreprise et Santé » révèlent que l’entreprise est massivement attendue comme un « acteur de santé », et que la légitimité de cette vision est confirmée malgré la conjoncture.
HEC Figaro FranceInter
06/04/2015
 
À l’heure d’un chômage persistant, la France s’interroge. Les données récemment publiées font état d’une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d’emploi (+ 12 800 de catégorie A, portant leur nombre à 3 949 000), alors que les principaux partenaires européens de la France voient leur situation s’améliorer. Interrogés sur les deux ou trois réformes de grande ampleur qui devraient être menées « pour que les choses aillent vraiment mieux en France », les cadres aspirent prioritairement, et de manière singulière, à une refonte de l’école et de la classe politique : les questions fiscales économiques sont certes fréquemment citées, mais en position seconde.
logo flashconso bloc logo date 25mars2015
25/03/2015

57%
des Français ont eu un coup de cœur pour une pub au cours du dernier mois. Pour la première fois depuis novembre 2014, le secteur 'Automobile' occupe la première place du palmarès des secteurs-annonceurs avec 30% des coups de coeur (vs 14-18% habituellement).
  • Le dernier spot pour la Fiat 500X a beaucoup fait rire les Français ("surgonflée", "bien faite", "qui donne la pêche" - voilà quelques qualificatifs cités par les répondants et qui s'adaptent aussi bien à la voiture qu'à la créa elle-même) - la campagne se place directement en N°1 du palmarès.
  • En N°3 et N°4 , deux autres campagnes du secteur 'Automobile'. Une Volkswagen qui permet aux personnages du spot de sortir gagnants des situations assez dramatiques (partage de l'héritage, chantage au conseil d'administration). Suivi de la 'French Touch' où les qualités de toute une gamme de voitures Renault sont habillement démontrées grâce aux talents de Teddy Riner.  
  • Nespresso reste toujours dans le top 5 grâce au charme indétrônable du couple J.Dujardin et G.Clooney et démontre, pour la 5ème période, l'efficacité de l'humour dans la narration publicitaire (le spot descend, toutefois, en N°5 ).
  • Les Français restent également très réceptifs aux messages plus essentiels et attribuent deux places du palmarès aux campagnes de sensibilisation : "rendre la route plus sûre ne dépend que de nous" (la campagne choc de sécurité routière, en N°2 ) et le spot pour soutenir les Restos du Coeur (N°5)
Bpce LeMonde FranceInfo
15/03/2015
 
Existerait-il un printemps financier ? À la lecture de cette nouvelle livraison du « Baromètre des projets » Viavoice – Groupe BPCE pour Le Monde et France Info, ce premier semestre 2015 apparaît riche en événements et mutations concernant la vie financière des ménages français. En ce mois de mars, l’assurance vie détrône le mythique et historique « Livret A » parmi les préférences de placement des Français. Et de plus, les préoccupations en termes de pouvoir d’achat continuent de décliner.
Idinvest Figaro
12/03/2015
 

34% des Français considèrent que l’idée d’entreprendre leur fait envie… Un résultat stable par rapport à Novembre 2014 (37%). Cette envie d’entreprendre est portée par 3 aspirations majeures :

  • Le souhait d’être libre et indépendant (51%)
  • La volonté de s’épanouir à titre personnel (45%)
  • L’espoir de gagner de l’argent (32%)
PointsdeVente
08/03/2015
 
L’institut Viavoice a sondé les Français sur leur perception des enseignes. L'angle choisi était la notion de valeurs humaines et de traits de personnalité. Cette étude a mis au jour quatre grands types de traits de personnalité des enseignes et des axes d'optimisation pour contribuer à la fidélité et gagner en affect. Dans un contexte de crise et de guerre de prix entre les enseignes, le marché de la Grande Distribution subit des phénomènes de mutation et des positionnements des enseignes sont de moins en moins distinctifs. Le consommateur, quant à lui, est très contraint et entretient une relation avec les enseignes/magasins de plus en plus pragmatique. Nous avons voulu savoir s'il reste une place pour un rapport émotionnel entre le consommateur et les enseignes. Quelles valeurs humaines doivent incarner aujourd'hui les enseignes pour fidéliser leurs clients ? Et quels chantiers doivent être prioritaires pour sortir sont épingle du jeu ? 
 Lobs
05/03/2015
 
Gauche : la « tentation Juppé ». Une nostalgie de la « compétence DSK » ? Ou ce qui ferait défaut à la gauche… Le « phénomène d’opinion » Alain Juppé est très singulier. Personnalité parmi les plus populaires aux yeux des Français, parmi les plus attendues pour la présidentielle de 2017, le maire de Bordeaux doit certes son crédit d’opinion à des sympathisants de droite et du centre, mais également à une part significative des sympathisants de gauche.
Caissedepots LeMonde
04/03/2015
 
Malgré le temps passé et les critiques sur l’Union européenne : un puissant désir de mémoire, et une volonté manifeste de continuer à consolider le couple franco-allemand et le projet européen. Malgré le temps écoulé, l’importance que les populations en Allemagne et en France octroient à la Deuxième Guerre Mondiale demeure très prégnant. Les deux populations pensent de manière très majoritaire qu’il s’agit d’un conflit dont les sociétés peuvent encore tirer des leçons (85 % des personnes interrogées), tandis que plus des deux tiers pensent que le conflit continue à créer aujourd’hui un véritable besoin d’unité en Europe (67 %).
Liberation
03/03/2015
 
 Le Front national, parti politique qui « comprend le mieux les gens ». En tant que formation politique, le Front national recueille des scores impressionnants : Le FN est cité en tête des partis politiques qui « comprennent le mieux les gens » à 24 %, contre 19 % pour l’UMP et 14 % pour le Parti socialiste ; ce score élevé en faveur du Front national émane essentiellement des sympathisants frontistes (94 %), mais également d’une partie des sympathisants UMP (21 %) ; En termes de confiance pour « apporter des solutions pertinentes » pour la « vie quotidienne », le FN est cité en deuxième position (20 %), après l’UMP (23 %) et devant le Parti socialiste (17 %).
Liberation
03/03/2015
 
Après les attentats et le « 49-3 » : quelles dynamiques politiques ? Après les attentats et le 11 janvier, puis la séquence de la « loi Macron » adoptée grâce au 49-3, quelles sont les nouvelles dynamiques politiques ? La gauche est-elle favorisée ou au contraire fragilisée ? La droite reprend-elle la main ? Le Front national prospère-t-il ?
logo flashconso bloc logo date 25fevr2015
25/02/2015
 

59% des Français ont eu un coup de cœur pour une pub au cours du dernier mois.

Comparativement au mois précédent, le panorama d’annonceurs est modifié – le secteur ‘Mode & Beauté’ gagne 5 points la veille de la Saint-Valentin (la plus forte contribution venant des marques de parfums) ; le secteur Alimentation’ est également boosté de 5 points (la routine s’installe ?) ; les ‘Services’ marquent 4 points supplémentaires par rapport au mois de janvier et investissent 3 positions des 5 du top 5 des pubs remarquées par les Français.

  • Nespresso reprend la place N°1 dans le palmarès des pubs grâce au nouvel épisode de la saga avec Georges Clooney et Jean Dujardin (ce dernier rend les chaussures à son acolyte après avoir perdu au test en blind sur une capsule décaféinée…)
  • La nouvelle publicité de la FDJ met en scène, toujours avec humour, d’heureux gagnants qui roulent sur leurs fauteuils de bureau vers de nouvelles aventures. Les Français saluent le style très caractéristique des publicités FDJ, alliant l’esthétique, un peu d’action, l’humour et un très bon choix musical – ce qui permet la publicité de se placer dans le top 3 du mois.
  • Les banques LCL, Crédit Mutuel et Cetelem occupent respectivement les positions N°2, N°4 et N°5 du palmarès du mois de février.
Bpce LesEchos FranceInfo
19/02/2015
 
La morosité serait-elle de retour ? Une fois tournée la page des attentats, beaucoup pronostiquaient un « difficile retour à la réalité », l’implacable évidence des difficultés économiques et sociales des Français. Pourtant, cette nouvelle vague d’enquête Viavoice pour Groupe BPCE, Le Monde et France Info révèle une tout autre tonalité : les Français s’avèrent de moins en moins préoccupés par leur pouvoir d’achat.
logo flashconso bloc logo date 26janv2015
26/01/2015

56%des Français ont eu un coup de cœur pour une pub au cours du dernier mois (-9 vs le mois précédent). En effet, compte tenu des événements dramatiques de ce début d’année, le cœur n’y était sûrement pas.

  • L’actualité a fait également bougé le curseur et la position N°1 est attribuée à la publicité « Charlie Vivra » en soutien à Charlie Hebdo.
  • Quand aux acteurs commerciaux, après une longue période Nespresso rend ses positions en baissant dans le palmarès à la troisième place.
  • La pub de Sosh ‘Quand est-ce que vous passez chez Sosh?’ partage désormais la 2ème place avec les personnages-sosies de la saga Cetelem.
  • La pub ‘Soyez fous, soyez vous’ par MaisonsduMondebaisse également à la 4ème position mais se maintient dans le top 5.
  • En dernière position, un nouveau entrant, UPSA, avec sa nouvelle publicité pour Fervex à la tonalité décalée inspirée des films d’horreur.
logo flashconso bloc logo date 29dec2015
29/12/2014

65% des Français ont eu un coup de cœur pour une pub au cours du dernier mois (+11 vs le mois précédent). L’actualité publicitaire a-t-elle été plus riche ? La créativité des agences a porté ses fruits ? Ou l’esprit de Noël et la recherche de cadeaux rend les Français plus attentifs aux messages publicitaires ?

  • les Français ont désigné leur palmarès de ‘coups de cœur pour une pub’ pour ce dernier mois : Nespresso avec sa saga ‘How Far’ remonte dans le classement et se place en N°1. 
  • l’humour et la rythmique de la chanson proposée par la Maison du Monde parachutent la pub ‘Soyez fous, soyez vous’ directement en position N°2 des pubs ayant le plus marqué les Français au cours du dernier mois.
  • la pub de Soch (‘quand est-ce que vous passez chez Soch?’) et celle de Renault Zoé (‘C’est simple’) se maintiennent dans le top 5 pour la 2ème période consécutive.
  • la sublimissime pub pour J’adore de Dior est saluée par les Français et intègre le top 5 du mois de décembre.
Bpce LesEchos FranceInfo
22/12/2014
 
En matière de pouvoir d’achat, les Français anticipent-ils désormais une « inversion de la courbe » des inquiétudes ? En effet en cette fin d’année 2014, un faisceau d’actes et de signaux apparaît de bon augure : baisse des prix de l’essence et d’une grande partie des produits alimentaires, suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu, engagement du président de la République à ne pas annoncer de nouvelles augmentations d’impôt en 2015.
logo flashconso bloc logo date 2dec2015
02/12/2014
 

54% des Français ont eu un coup de cœur pour au moins une pub au cours du dernier mois.

La pub N°1 ayant le plus marqué les Français est la campagne de prévention proposée par la Sécurité Routière : cette fois, les Français sont alertés des dangers du téléphone au volant. En N°2, un registre plus léger proposé par Nespresso : Georges Clooney et Jean Dujardin sont en compétition pour un tout dernier café. Découvrez le top 5 des pubs les plus marquantes restituées spontanément par les Français, ainsi que le palmarès des secteurs concernés.

Bpce LesEchos FranceInfo
24/11/2014
 
Fêtes de fin d’année, transports : vers des réductions des dépenses et de nouveaux comportements économiques. Cette fin d’année 2014 se présenterait-elle sous de meilleurs auspices pour le porte-monnaie des Français ? La stabilisation de l’inflation, la baisse des prix des produits alimentaires (Insee), voire l’annonce de la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu, ne sont-elles pas de nature à réduire les inquiétudes des ménages pour leur pouvoir d’achat et à nourrir leur confiance en l’avenir ?
HEC Figaro FranceInter
14/11/2014
 
Entre la France et l’Allemagne, l’histoire semblait établie : l’Allemagne était le « moteur de l’Europe », son « modèle » constituait une source d’inspiration, et son économie un atout pour celle de la France. Pourtant nous assistons aujourd’hui à un « grand retournement », lourd de conséquences liées, à la manière d’une chute en cascade de dominos, et dont les cadres français révèlent l’ampleur.
Bpce LesEchos FranceInfo
30/10/2014
 
La persistance des difficultés économiques et sociales conduirait-elle une partie des Français à briser l’un des tabous les mieux établis ? Le 1er août 1958, le général de Gaulle demandait aux partenaires sociaux la création d’un système d’assurance chômage, qui fut effectivement institué le 31 décembre de la même année.
HEC Figaro FranceInter
06/10/2014
 
Quel est le nouvel état d’esprit des cadres en France en cette rentrée 2014 ? La nomination du gouvernement « Valls II », l’arrivée d’Emmanuel Macron à Bercy ont-elles pu exercer un effet positif ? Ou les éléments de conjoncture économique, peu encourageants, ont-ils pris le pas et nourri les anticipations négatives ?
Genopole Amgen
02/10/2014
 
61% des cadres Français estiment qu’il existe une culture de l’innovation au sein de leur secteur d’activité. Les innovations récentes mises en avant relèvent certes d’évolutions matérielles et technologiques. Mais il est intéressant de constater que leur vision ne se cantonne pas à ces dimensions. Ils font aussi référence à certains renouvèlements des pratiques managériales ou au type de lien généré avec les clients. Par ailleurs, les cadres estiment qu’une plus grande proximité entre les acteurs de l’innovation, de la recherche et de l’entreprise permettrait de favoriser l’innovation en France (qu’ils ne perçoivent pas comme un pays innovant). Télécharger en pdf l'étude Viavoice Les cadres français et l'innovation.
Bpce LesEchos FranceInfo
29/09/2014
 
Actualité paradoxale concernant le pouvoir d’achat : Après les annonces de Manuel Valls, une recrudescence des inquiétudes. Le pouvoir d’achat serait-il le talon d’Achille des exécutifs ? En septembre 1999, après avoir annoncé 120 milliards de francs de baisse d’impôts, le Premier ministre Lionel Jospin perdait plus de quinze points de popularité (BVA, Ipsos) ; en janvier 2008, le président Nicolas Sarkozy affichait ses vacances en Jordanie à l’heure où les inquiétudes des Français redoublaient pour leur pouvoir d’achat, et perdait lui-même près de vingt points de popularité.
HEC Figaro FranceInter
07/07/2014

Chute du moral des cadres et prévisions de croissance en berne. L’indice synthétique du moral des cadres chute largement en cette fin de premier trimestre (-8 points), en s’établissant à -46. Une baisse significative de la perte de confiance, de la part des décideurs économiques, à l’égard d’une conjoncture moins bonne que prévue, et insuffisante pour envisager un solide retour d’activité : ainsi l’Insee table cette année pour une croissance de 0,7 %, loin des 1 % prévus par le gouvernement.
Bpce LesEchos FranceInfo
26/06/2014

Les réformes actuelles des prélèvements sont-elles jugées suffisantes ? Dans le double sillage de la crise économique et financière de 2008, puis de la crise des dettes souveraines de l’été 2011, cet enjeu est devenu prépondérant, constant sur l’agenda des réformes, et sensible dans le contexte d’attentes majeures en matière de pouvoir d’achat. Après un cycle de mesures engagées depuis le début de la présidence Hollande, le Pacte de responsabilité et le Pacte de solidarité nourrissent aujourd’hui ces interrogations. La présente enquête révèle une courte adhésion au Pacte de solidarité, mais également la trop faible ambition, pour l’opinion, des réformes engagées : une nette majorité de Français souhaite l’universalisation de l’impôt sur le revenu.

 
Bpce LesEchos FranceInfo
26/05/2014
 
Les baisses d’impôt annoncées par Manuel Valls redonnent-elles confiance aux Français, et particulièrement aux ménages modestes, pour leur pouvoir d’achat ? En dépit de cette mesure et de sa forte médiatisation, cette nouvelle livraison du « Baromètre des projets » révèle une opinion française toujours autant préoccupée par le pouvoir d’achat, et les catégories modestes ne dérogent pas à cette règle.
HEC Figaro FranceInter
06/05/2014
 
À quelques jours des élections européennes, les débats sur la politique économique de l’Union s’intensifient, exacerbés par les divisions existantes, y compris au sein des différentes familles politiques. Politique monétaire et niveau de l’euro, lutte contre les déficits ou rejet des plans de rigueur, lutte contre l’inflation ou contre la déflation… L’influence économique des institutions européennes semble avoir redoublé depuis les dernières élections européennes de 2009, avant que la crise de la dette ne menace la monnaie unique et que l’autorité de Bruxelles ne soit consolidée à l’égard des mauvais élèves de la zone euro. La France, aujourd’hui acculée à demander un nouveau délai pour redescendre endessous des 3 % de déficits, en constitue un exemple manifeste.
Syntec LaTribune Strategie
27/04/2014
 
Airbus Group en tête du palmarès de la réputation : derrière l’actualité médiatique, l’image d’une industrie nationale et européenne conquérante.
Terranova LeMonde FranceInter LCP LogoRevueCivique
20/04/2014
 
L’observatoire de la démocratie en France : Solutions pour la démocratie de demain.
Réinventer la démocratie française : Placer la démocratie au coeur de la société, plutôt que réformer la citoyenneté ou les institutions. 
HEC Figaro FranceInter
07/04/2014
 
Le moral des cadres progresse fortement et retrouve son niveau de décembre 2012, une hausse qui apparaît importante à plusieurs titres : Cette fois-ci, est-elle solide ? Maintes fois annoncée et maintes fois repoussée, la reprise économique semble se profiler à travers une série d’indicateurs positifs en cette fin de premier trimestre, parmi lesquels le retour confirmé de la croissance au sein de la zone euro ou la progression d’indices évaluant le niveau de l’activité privée en France (indice PMI), qui a progressé en mars pour atteindre un niveau inégalé depuis près de trois ans.
 
LSA
03/04/2014
 
Comment accompagner le choix des Français dans les magasins spécialisés ? Quels outils d’aide au choix à proposer en PDV ? L’intérêt des Français envers les solutions digitales, de type Borne Interactive. Découvrez tous les résultats de notre enquête nationale. Nous nous sommes penchés sur le sujet et avons recadré notre investigation autour des enseignes les plus fréquentées par les Français, telles que Décathlon, Darty, Boulanger, Fnac, But, Intersport.
 
Bpce LesEchos FranceInfo
13/03/2014
 
Cette fin d’hiver 2014 serait-elle celle d’un apaisement, ou de moindres inquiétudes pour les ménages français ? Cette nouvelle livraison du « Baromètre des projets Viavoice-BPCE » pour Les Échos et France Info fait état d’une nette baisse des préoccupations, qui s’explique par un faisceau de facteurs convergents.
HEC Figaro FranceInter
13/03/2014

Des aspirations-Janus, entre convergences et différences : le moral des cadres progresse fortement et retrouve son niveau de décembre 2012, une hausse qui apparaît importante à plusieurs titres : Existerait-il une malédiction frappant le commerce international français ? La France ne fournit plus que 3 % des exportations mondiales (données OMC 2012) contre 8 % pour l’Allemagne et 11 % pour la Chine ; au début des années 1990, cette « part française » s’établissait à 6 %. Le déficit commercial français est passé de 6 milliards en 2004 à 61 milliards en 2013, après avoir atteint un record à 74 milliards en 2011 (données Douanes).
HEC Figaro FranceInter
03/02/2014
 
Le « Pacte de responsabilité », prévoyant une baisse significative des charges des entreprises (30 milliards) en contrepartie d’engagements portant principalement sur l’emploi est très majoritairement apprécié par les cadres français, favorables à une telle réforme pour 68 % d’entre eux. Toutefois, les cadres n’en demeurent pas moins inquiets concernant la conjoncture à venir et l’état d’esprit ambiant au sein des entreprises. Reste à savoir si le timide retour d’activité prévu au cours des mois et années à venir (0,9 % pour le FMI en 2014, avant 1,5 % en 2015) sera suffisant pour provoquer un « choc de confiance » salutaire.
Inrs
05/01/2014
 
Les enjeux financiers et commerciaux = LA préoccupation prioritaire des dirigeants d’entreprise. Pourquoi la santé et la sécurité ne sont-elles pas prioritaires ?
Bpce Figaro FranceInfo
20/12/2013

L'actualité d'une grande circonspection. L’initiative du Premier ministre en matière fiscale, annonçant la mise en oeuvre de la grande réforme fiscale proposée par le candidat François Hollande, suscite-t-elle l’adhésion de l’opinion ? Constitue-t-elle une source d’espoir en regard d’une situation fiscale actuelle contestée, ou au contraire un motif d’inquiétude dans un contexte de préoccupations en matière de pouvoir d’achat, révélée mois après mois notamment par ce baromètre ?
LSA
20/12/2013
 
CommerceCentreVilleimageDes consommateurs peinent à faire leur choix en GMS. On imagine plus facilement des difficultés que les consommateurs rencontrent dans les univers les plus techniques : on pense au multimédia, à l’électroménager… on se dit qu’il s’agit d’un équipement durable, que les consommateurs choisissent avec soin, qu’ils payent cher. Alors, les enseignes et les marques s’associent pour créer des univers d’offre, soignent les rayons, prévoient un dispositif de solutions d’aide au choix, forment la force de vente – elles mettent tout en œuvre pour rendre l’achat le plus fluide possible. Mais qu’en est-il des rayons les plus quotidiens ?
CciFrance RadioFranceLesEchos
05/12/2013
 
Entre économie atone, pression fiscale et gauche au pouvoir, les dirigeants d’entreprise n’ont pas certes pas de motifs d’enthousiasme.
Et la présente vague du baromètre CCI France réalisé par Viavoice pour Les Échos et Radio Classique révèle un climat des plus sombres jamais enregistrés depuis la création de cet observatoire en mars 2009.
HEC Figaro FranceInter
02/12/2013
 
Le moral des cadres rechute à nouveau en cette fin d’année après une nette amélioration au troisième trimestre. Une situation s’expliquant par une conjoncture dépréciée :
  • Sur le plan économique, avec un troisième trimestre décevant en termes d’activité (croissance trimestrielle de -0,1 % après +0,5 % au deuxième trimestre) ;
  • Mais surtout sur le plan social, avec l’accumulation de mouvements sociaux face aux mesures de fiscalité prises dans le cadre du budget 2014 (écotaxe, hausse de la TVA) et qui ont déjà conduit le gouvernement à revenir sur un certain nombre de mesures.
BpceLesEchos FranceInfo
28/11/2013
 
Les Français envisagent de contracter leurs dépenses pour les fêtes. Tendanciellement en baisse depuis l’été, la consommation des ménages ne devrait pas repartir significativement en cette fin d’année : les Français ne souhaitent ni consommer davantage au cours des mois à venir (la tendance étant majoritairement à la baisse), ni profiter particulièrement des fêtes de fin d’année.
PasteurGroupemutualite
25/11/2013
 
L’obésité est aujourd’hui au cœur des préoccupations des pouvoirs publics et des professionnels de santé, face au développement rapide des pratiques à risque et des populations touchées (de 8,5 % en 1997 à 15 % de personnes concernées en 2012 selon ObEpi-Roche-Inserm). Cette situation constatée interpelle également une opinion publique de plus en plus sensibilisée sur le sujet et consciente de la nécessité d’endiguer ces évolutions.
VinciLesEchos
24/11/2013
 
Innovations : le temps des ingénieurs, de la mobilité et de l’autonomie. Alors que les débats publics sont volontiers orientés sur les enjeux d’emploi, de pouvoir d’achat ou de compétitivité, l’innovation constitue un registre majeur pour la France des années qui viennent. Non seulement pour contribuer à « relancer » l’économie française, pour mieux s’affranchir des contraintes de la concurrence internationale, mais encore pour mieux « penser l’avenir » et l’aborder avec davantage de confiance.
HEC Figaro FranceInter
10/11/2013
 
Pour la deuxième fois consécutive au troisième trimestre, l’indice synthétique du moral des cadres enregistre une forte hausse (+5 points en un mois, +15 depuis juin dernier), confirmant les nombreux signaux positifs de la rentrée, et potentiellement annonciateur d’une reprise plus soutenue au cours des mois à venir. Sur le long terme, les perspectives actuelles rejoignent ainsi le niveau d’optimisme qui prévalait en mai 2012, suite à l’élection présidentielle.
 
PointsdeVente
04/11/2013
 

Pour mieux comprendre les comportements d’achat des consommateurs, le pôle marketing de l’institut Viavoice a demandé à 1 000 personnes si les circuits de distribution actuels répondaient vraiment à leurs attentes, au quotidien et dans le futur. Premier constat de cette étude : non, l’hypermarché n’est pas mort. Loin de là, même, puisque selon 66 % des personnes interrogées, il reste le lieu privilégié pour réaliser les courses hebdomadaires. Globalement, les Français plébiscitent les hypermarchés pour leur offre complète, la possibilité de réaliser des économies mais, aussi, de se faire plaisir grâce à une offre adressant tout public et tout besoin. En seconde position, les supermarchés et circuits traditionnels de proximité continuent, toutefois, de séduire 58 % des consommateurs, avec une étonnante percée des commerces de bouche (27 %). Les supermarchés de centre-ville, qui bénéficient des prix de l’hyper moyennant une offre plus limitée, apparaissent comme un bon compromis pour 39 % des consommateurs. Les achats “verts”, en revanche, plébiscités par 8 % des Français, ne répondent pas encore à la totalité des attentes. Idem pour le drive (13 %), canal trop peu propice aux achats d’impulsion et aux nouveautés.

Lobs
24/10/2013
 
Pourquoi est-on heureux (ou malheureux) au travail ? Alors que les questions de pénibilité, de précarité et de risques psycho-sociaux ont largement investi le débat public à l’occasion des récentes négociations sociales (retraites, sécurisation de l’emploi, etc.), la question des conditions de travail apparaît de plus en plus comme un enjeu essentiel de politique publique, afin de limiter, au-delà des inégalités de revenus, les inégalités de bien-être existantes entre métiers et catégories socioprofessionnelles en France.
 
Maisonbleue FigaroEco
14/10/2013

Étude annuelle « Famille et Entreprises » pour La Maison Bleue et Le Figaro économie. Une majorité de dirigeants et directeurs de ressources humaines conscients des enjeux et de leurs responsabilités liés à la conciliation famille-travail

 
VoisinsSolidaires
09/10/2013
 
Des attentes très fortes en matière de relations au travail. S’ils se disent majoritairement heureux dans leur travail, les actifs français regrettent la détérioration des relations en entreprise : une situation jugée d’ailleurs « urgente » pour une très large majorité d’actifs. Agir sur cette problématique serait une manière selon eux d’améliorer la qualité de vie des salariés, mais aussi les performances des entreprises.
 
HEC Figaro FranceInter
07/10/2013

Une reprise économique réelle mais encore trop timide et peu significative pour les cadres. 
CciFrance RadioFrance LesEchos
03/10/2013
 
Une large majorité de dirigeants d’entreprise (60 %) privilégient une baisse des cotisations sociales dans le cadre d’un assouplissement de la fiscalité des entreprises, loin devant tout autre impôt. Cette attente est essentielle une semaine après l’annonce par le président de la République du lancement d’Assises de la fiscalité.
Liberation
13/09/2013

Briser la spirale économique et sociale, dépasser le politique. Les Français sont considérés comme l’un des peuples les moins confiants au monde pour leur avenir alors même que, malgré la crise et son ampleur, la France dispose d’atouts majeurs. Cette étude Viavoice pour Libération a été réalisée pour livrer un éclairage sur la nature de ce « mal français » et discerner des pistes des « sortie de crise » pertinentes selon l’opinion. Elle révèle le caractère très massif de la défiance en France, ses racines jugées principalement économiques, et pour en sortir la volonté de briser une spirale économique et sociale jugée dépressive.

 
HarmonieFrance2 LeMonde
 
09/07/2013
 
Sous les anxiétés de la dépendance, des vieillesses heureuses d’autonomie. La vieillesse serait-elle un nouveau monde ? Le temps du vieillissement s’impose aujourd’hui de manière totalement inédite en France. Certes en raison de l’ampleur des enjeux financiers (retraites, dépendance) ou de l’allongement de la durée de la vie, mais surtout parce qu’arrive actuellement, au tournant des soixante-dix ans, la génération née après-guerre, celle du « baby boom ». Celle-ci va bouleverser les équilibres démographiques, en accroissant la population âgée. Mais bien plus, cette génération qui a pour partie promu des valeurs d’autonomie et de liberté n’aborde-t-elle pas la vieillesse avec un regard totalement rénové ? Et quelles en sont les implications ?
 
 
CciFrance RadioFrance LesEchos
 
04/07/2013
 

« Des signaux encourageants de reprise économique » ? Le vœux pieux du Président de la République lors du lancement de la deuxième conférence sociale du quinquennat en a étonné plus d’un, alors que l’Insee vient de confirmer la récession de l’économie française aux 4e trimestre de 2012 et 1er trimestre de 2013, que la consommation patine et le chômage continue d’augmenter dans des proportions importantes.

HEC Figaro FranceInter
 
01/07/2013

Après une amélioration significative le mois dernier, l’indice synthétique du moral des cadres plonge à nouveau fortement aujourd’hui. A -56 et en baisse de 6 points, l’indice atteint ainsi son plus bas niveau depuis novembre 2011. Face aux difficultés de l’économie française, les cadres envisagent plusieurs pistes pour relancer l’activité : amélioration de la compétitivité, investissements, innovation… Mais au-delà de ces enjeux fortement médiatisés prévaut surtout un enjeu qui l’est beaucoup moins : la simplification administrative, citée par 33 % des cadres comme une priorité pour l’avenir.

Bpce LesEchos FranceInfo
 
27/06/2013
 
Alors que la consommation des ménages est relativement atone depuis le début de l’année 2012 (-0,4 % en 2012, -0,1 % en 2013 selon l’Insee), les intentions de dépense restent faibles pour les mois à venir : un Français sur deux déclare vouloir dépenser moins d’argent que les mois précédents (pour l’alimentation ou l’habillement).
HEC Figaro FranceInter
 
03/06/2013
 
Après deux mois de baisse consécutive au printemps, le moral des cadres repart légèrement à la hausse en cette fin de premier semestre 2013, notamment en raison d’une amélioration des perspectives pressenties en matière d’emploi. L’indice, à -50, gagne ainsi 3 points en un mois. Si cette amélioration des perspectives reste mineure, elle n’en est pas moins significative et bienvenue dans un contexte peu porteur, notamment après l’annonce de la baisse de 0,2 % du PIB au premier trimestre, marquant l’entrée en récession de l’économie française.
 
Bpce LesEchos FranceInfo
 
31/05/2013

Deux français sur trois s’attendent à une baisse de leur pouvoir d’achat. Après que l’Insee a quantifié une baisse de 0,9 % du pouvoir d’achat moyen des ménages en 2012, le pessimisme est à son comble pour les mois qui viennent : deux personnes sur trois (65 %), record absolu depuis la création de ce baromètre à l’automne 2010, anticipent une diminution de leur pouvoir d’achat.

CciFrance     RadioFrance     LesEchos
 
14/05/2013
 
 La conjoncture continue de se dégrader en ce deuxième trimestre 2013, et les mauvaises nouvelles s’accumulent : risque de récession, hausse continue du chômage, baisse significative de la consommation des ménages… Dans un tel contexte, les perspectives des dirigeants d’entreprise pour l’économie française demeurent très pessimistes, tandis que leurs inquiétudes sur l’activité de leur propre entreprise s’accentuent.
HEC     Figaro      FranceInter
 
01/05/2013
 
Alors que de nombreux cadres s’inquiètent de la crise et de ses conséquences sur leurs carrières et leurs opportunités professionnelles, les entreprises publiques et issues de secteurs « protégés » ont la cote. EDF se situe ainsi en tête de notre classement des entreprises les plus attractives auprès des cadres.
Bpce    LesEchos    FranceInfo
25/04/2013
 
 À l’heure où les ménages reçoivent leur avis de déclaration pour l'impôt sur le revenu, et alors que le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures fiscales – sans les préciser – pour tenir les objectifs de réduction des déficits, les perspectives des Français en matière de pouvoir d’achat se dégradent fortement en ce mois d’avril. Surtout, et au-delà des difficultés liées à une conjoncture économique dégradée, c’est la promesse d’une plus grande justice fiscale qui apparaît aujourd’hui en ligne de mire. Un an après l’élection présidentielle, les Français pensent en effet que ce sont les classes moyennes, et non les personnes riches ou aisées, qui ont perdu le plus de pouvoir d’achat. De quoi alimenter les critiques de l’opposition, dénonçant un « matraquage fiscal », mais aussi conforter la position de ceux qui, au sein de la majorité, appellent à mettre en œuvre la grande réforme fiscale promise il y a un an par le candidat socialiste, et dont ils n’ont pas trouvé à leurs yeux la traduction dans les réformes effectuées depuis un an.
 
Wcie
 
05/04/2013
 
Un sentiment de banalisation française et des voies nouvelles. Comment comprendre le « mal économique français » ? Depuis quatre ans, l’agence de communication W&Cie (Denis Gancel) et le cabinet d’études Viavoice travaillent sur l’idée de « marque France », devant permettre de retrouver un état d’esprit collectif plus positif, et d’utiliser les atouts d’image de la France comme leviers commerciaux au service des entreprises. Ces travaux ont toujours conduit au constat des difficultés françaises à penser l’avenir ou à vouloir le construire, à la mise en évidence d’un manque collectif d’enthousiasme ou d’esprit de conquête.
Syntec     LaTribune
 
02/04/2013
 

 Sur fond de crise financière et de scandales agro-alimentaires, une confiance envers les entreprises globalement en baisse. La première vague du baromètre, réalisée il y a deux ans, entrait dans un contexte spécifique de crise financière qui exercé un impact important sur la réputation et le lien de confiance existant entre les publics et les institutions bancaires, souvent considérées comme responsables du ralentissement économique. Deux ans plus tard, cette crise financière s’est muée en crise de la dette des États européens, et en crise de l’industrie française, dont les difficultés en termes de compétitivité ont été largement médiatisées ces derniers mois. Plus récemment, les scandales alimentaires liés à la présence de viande de cheval dans des plats préparés de marques connues (et reconnues) a pu également créer des doutes dans les liens de confiance existant jusque là entre consommateurs et entreprises, qu’elles soient agro-alimentaires ou d’autres secteurs.

HEC      Figaro     FranceInter
 
02/04/2013
 
Les cadres français semblent touchés à leur tour par la sinistrose ambiante, face à une activité économique dégradée, et les mauvaises annonces de ces dernières semaines : croissance inexistante, forte dégradation des chiffres de l’emploi, activité des entreprises en berne…
 
OPE
 
02/04/2013
 
La nouvelle vague du volet salariés-parents de l'Observatoire de la parentalité en entreprise intervient dans un contexte spécifique par rapport aux années précédentes :
Bpce    LesEchos    FranceInfo
 
28/03/2013
 

Pouvoir d’achat : regain des préoccupations

Depuis novembre, la situation s’améliorait, ou était de moins en moins mauvaise : les préoccupations des Français pour leur pouvoir d’achat s’atténuaient mois après mois.

CciFrance     RadioFrance     LesEchos
 
21/03/2013
 

Avec une croissance française nulle en 2013, et une reprise au sein de la zone euro tout aussi précaire, les perspectives des dirigeants d’entreprise atteignent des records de scepticisme. D’un point de vue macro-économique, les perspectives d’emploi et de croissance, notamment, atteignent des niveaux d’inquiétude inégalés depuis le début de la crise économique et financière.

CoommunicationEntreprise
 
11/03/2013
 
Cette étude révèle tout d’abord un résultat qui pourrait paraître surprenant : une vision plus négative de l’équité entre hommes et femmes dans l’univers de la communication.
 
HEC   Figaro   FranceInter
 
05/03/2013
 

Espoir micro-économique, scepticisme macro-économique ou politique. Alors que le gouvernement vient de revoir à la baisse les prévisions de croissance pour 2013, ainsi que les objectifs de réduction du déficit – qui devraient dépasser 3 % du PIB – se pose avec une vigueur redoublée la question des modalités de relance de l’économie pour 2014 et au-delà. Après le Pacte de compétitivité ciblant le coût du travail et l’accord entre partenaires sociaux devant permettre notamment plus de flexibilité pour les entreprises, les cadres encouragent de nouvelles mesures, notamment des aides en faveur des jeunes entrepreneurs.

Bpce   FranceInfo   LesEchos
 
28/02/2013
 

Des Français ouverts à la rigueur par la réduction de la dépense publique. Longtemps jugée taboue pour ne pas heurter l’opinion, reléguée au second plan durant la campagne présidentielle, l’idée de rigueur budgétaire apparaît désormais comme une nécessité aux yeux des Français, par la voie d’une réduction de la dépense publique.

HEC   Figaro   FranceInter
 
04/02/2013
 
Comment relancer la croissance économique en France ? Certains misent sur l’effet d’aubaine de la croissance mondiale, d’autres sur un retour de l’État ; pour beaucoup, c’est l’état d’esprit des Français qui est à travailler : une psychologie collective désenchantée contreviendrait au dynamisme économique
 
Bpce   LesEchos   FranceInfo
 
30/01/2013
 

Des inquiétudes sur le pouvoir d’achat qui se stabilisent. A l’automne après l’annonce du plan budgétaire (comprenant une hausse de la fiscalité des ménages), les inquiétudes en matière de pouvoir d’achat avaient culminé : 57 % des Français estimaient alors que leur pouvoir d’achat allait « diminuer ».

Animafac  Liberation
 
30/01/2013
 
 Les jeunes en 2013 face à une société difficilement accessible : la perception dominante d’un conflit de générations et l’aspiration à un engagement par l’action personnelle
 
HEC   Figaro   FranceInter
 
14/01/2013
 
Après un léger redressement des perspectives économiques au dernier trimestre, le moral des cadres reste très bas en ce début d’année 2013. Loin de la détermination optimiste de l’exécutif, les cadres français n’envisagent pas, pour une très forte majorité d’entre eux, d’améliorations significatives sur le front de l’emploi et du niveau de vie au cours de l’année. En revanche les perspectives pessimistes progressent fortement, significatives d’une incertitude anxiogène et d’un climat économique dégradé pour les décideurs.
TrendMicro
 
03/01/2013
 

Regards croisés entre parents et enfants. Pour la deuxième année consécutive, Viavoice a réalisé pour Trend Micro un sondage sur les risques liés à Internet pour les enfants et adolescents de 9 à 16 ans, à travers un regard croisé parents-enfants. Cette deuxième vague, qui intervient un an et demi après la première (réalisée en août 2011), fait apparaître des évolutions de fond dans l’utilisation d’Internet par les enfants, le dialogue qu’ils peuvent avoir avec leurs parents et les règles fixées. Ainsi, la sensibilisation des parents aux risques d’Internet et des réseaux sociaux, tout comme le contrôle parental, ont tendance à se renforcer, notamment face à la multiplication des accès à Internet des enfants (ordinateurs portables, smartphones, tablettes). Ce contrôle se fait toutefois de plus en plus par le dialogue et la pédagogie, et une relation de confiance entre parents et enfants.

Bpce   LesEchos   FranceInfo
 
03/01/2013
 
A l’heure où l’actualité médiatique se focalise sur l’exil fiscal des plus fortunés, les Français semblent avoir d’autres préoccupations en matière de fiscalité. Ainsi les impôts locaux arrivent aujourd’hui en tête des préoccupations : 54 % des Français citent la fiscalité locale parmi les hausses d’impôt les plus inquiétantes pour leur pouvoir d’achat, légèrement devant l’impôt sur le revenu (52 %) mais loin devant la TVA (39 %).
CciFrance   RadioFrance   LesEchos
 
11/12/2012
 
Les dirigeants d’entreprise en France retrouvent-ils quelques raisons d’espérer en l’avenir économique du pays ?
 
Publicis   Figaro
 
09/12/2012
 

L'entreprise dans la vie. Pour les Français, les entreprises et surtout les plus grandes d’entre elles sont aujourd’hui mieux placées que les pouvoirs publics pour répondre à beaucoup de questions essentielles qui se posent à la société française. Mais elles ne se montrent pas suffisamment concernées par les sujets qui les préoccupent.

HEC Figaro FranceInter
 
03/12/2012
 
Le moral des cadres français remonte significativement en cette fin d’année, à la suite de l’annonce du plan gouvernemental pour la compétitivité des entreprises (inspiré du rapport Gallois) et la surprise du retour de la croissance au troisième trimestre (+0,2 %)
 
Bpce LesEchos FranceInfo
 
29/11/2012
 

Après trois mois consécutifs de dégradation des perspectives des Français, la situation s’améliore en cette fin d’année. Que ce soit en matière de pouvoir d’achat, de consommation ou d’épargne, les anticipations économiques des ménages se font moins pessimistes qu’en octobre, signe d’un léger mais réel regain de confiance. Pour autant, la situation des ménages demeure préoccupante puisque 42 % d’entre eux envisagent de dépenser moins d’argent pour les fêtes de fin d’année.

HEC Figaro FranceInter
 
02/11/2012
 

Les fleurons français de l’énergie, facteurs d’espoir

Bpce LesEchos FranceInfo
 
25/10/2012
 

La rigueur et la hausse de la fiscalité pèsent de plus en plus sur le pouvoir d’achat et sont de moins en moins acceptés. Pour le troisième mois consécutif, les inquiétudes concernant le pouvoir d’achat enregistrent une hausse préoccupante tant pour la consommation des ménages que pour le gouvernement.

HEC Figaro FranceInter
 
01/10/2012
 

Nouvelle détérioration du moral des cadres : vers une crise structurelle ? Alors que les inquiétudes économiques des cadres avaient connu un reflux au printemps avec la campagne présidentielle, celles-ci enregistrent une hausse significative pour le deuxième mois consécutif. Cette détérioration de la confiance économique concerne l’ensemble des indicateurs (chômage, niveau de vie, situation financière personnelle…), établissant l’indice synthétique à -49, soit son niveau enregistré en février dernier, et à deux points du niveau de septembre 2011, alors en pleine crise financière de la zone euro.