PasteurGroupemutualite
 
01/05/2011
 

Professions de santé : une vocation avant tout. Le premier enseignement du baromètre des professionnels de santé réalisé par Viavoice pour le groupe Pasteur Mutualité est le degré d’attachement des professionnels de santé pour leur métier : 98 % des professionnels interrogés se disent ainsi attachés à leur profession, dont 81 % « très attachés ». Une opinion unanime et sans équivoque, donc, qui souligne l’importance de la vocation dans ces métiers.

Les principales raisons invoquées pour expliquer cet attachement relèvent pour l’essentiel de l’engagement et du sens de l’intérêt général :
- Pour 73 % des professionnels de santé, c’est d’abord « la vocation de soigner des gens » ;
- 35 % mentionnent également l’altruisme de leur profession, dont 48 % des médecins.
Si les gratifications sociales et salariales contribuent également à l’attachement au métier pour une part des professionnels de santé, elles ne sont toutefois pas prioritaires :
- 18 % d’entre eux apprécient le fait d’avoir un métier « valorisé socialement », dont 32 % des pharmaciens et 26 % des chirurgiens-dentistes ;
7 % apprécient leur rémunération, dont 26 % des chirurgiens-dentistes.

Un sentiment de reconnaissance sociale élevé

Autre enseignement majeur de l’étude : contrairement à d’autres professions accomplissant des missions de service public, les professionnels de santé ne se sentent pas, ou seulement pour une faible minorité d’entre eux, mal-aimés au sein de la société française :
89 % d’entre eux pensent ainsi que leur profession a une bonne image dans la population, dont 94 % des masseurs-kinésithérapeuthes et 93 % des infirmiers, mais « seulement » 80 % des médecins et 67 % des chirurgiens-dentistes ;
83 % considèrent que leur profession a une place importante dans la société, dont 94 % des pharmaciens ;
Enfin, 96 % se sentent utiles pour la société, dont 53 % « très utiles ».

Difficultés nouvelles et inquiétudes pour l’avenir
La reconnaissance de leur profession par la société, ainsi que ce sentiment d’utilité, sont comme on l’a vu des motivations essentielles pour les professionnels de santé. Ils n’empêchent toutefois pas, pour 85 % d’entre eux, de trouver leur métier difficile. Ce taux atteint même 94 % pour les pharmaciens et 91 % pour les infirmiers.

Quelles explications donner à ce sentiment diffus de professions de santé difficiles, voire de plus en plus difficiles, à exercer ?
L’étude fait ressortir deux raisons essentielles. La première est liée aux tracasseries réglementaires qui se sont multipliées ces dernières années après plusieurs réformes successives du secteur de la santé et du parcours de soin : 80 % des professionnels de santé se plaignent ainsi des « tâches administratives envahissantes », dont 87 % des médecins et 84 % des pharmaciens.

L’autre cause de difficulté est davantage d’ordre sociologique : elle tient à l’évolution des rapports entre professionnels de santé et patients, ces derniers étant jugés de plus en plus exigeants par 53 % des professionnels interrogés, dont 75 % des chirurgiens-dentistes, 59 % des masseurs-kinésithérapeuthes et 58 % des médecins.
Enfin, d’autres difficultés sont également évoquées, dans une moindre mesure : elles relèvent cette fois de l’évolution des professions elles-mêmes, comme la nécessité croissante de la coordination des soins (16 %, dont 21 % des infirmiers et 23 % des masseurs-kinésithérapeuthes), des moyens de diagnostics et thérapeutiques plus importants (7 %) ou le fait que la permanence des soins soit plus organisée (4%).

Dans ce contexte où les perceptions des professionnels de santé oscillent entre satisfaction globale et difficultés quotidiennes, on comprend dès lors que leur confiance vis-à-vis de l’avenir de leurs métiers soit partagée : 47 % sont ainsi confiants sur l’avenir de leur métier, contre 50 % d’un avis contraire. Sur ce point encore, les opinions divergent selon les professions, avec 67 % des chirurgiens-dentistes confiants, contre 49 % des infirmiers, 42 % des médecins et 38 % des pharmaciens.

Télécharger en pdf le Sondage Viavoice pour le groupe Pasteur Mutualité