Sunday, 22 January 2012

Description

La campagne présidentielle de François Hollande

La nature et la diversité des attentes pour la campagne de François Hollande

Il existe un « paradoxe Hollande » : alors que le candidat socialiste est en tête des intentions de vote, il suscite une ferveur modérée auprès d’une partie de ses soutiens. Dans le contexte d’une séquence importante (meeting du Bourget dimanche 22 janvier, propositions jeudi 26 janvier), le présent sondage, réalisé par Viavoice pour Le Huffington Post, révèle la nature et la diversité des attentes pour la campagne de François Hollande.

Premier registre d’attentes : propositions concrètes, réalisme financier et exigence sociale

Les Français attendent en priorité de François Hollande qu’il « fasse davantage de propositions concrètes » (première réponse citée, 50 %), et cette attente est partagée par les sympathisants de gauche (deuxième réponse citée, 44 %).

La deuxième priorité est celle du réalisme financier : les personnes interrogées attendent du candidat socialiste qu’il « tienne davantage compte des réalités financières » (37 %) ; en revanche ce souhait est très clivé politiquement : les sympathisants de gauche (25 %) y sont bien moins attachés que ceux de droite   (44 %).

La troisième priorité concerne l’exigence sociale : 31 % des Français attendent de François Hollande qu’il soit « plus offensif contre le système économique et financier », et cette attente est la première des sympathisants de gauche (45 %).

Deuxième registre d’attentes : les valeurs de dynamisme économique

En termes de valeurs, les Français font certes confiance à François Hollande pour rendre la France « plus protectrice » (31 %) et « plus apaisée » (28 %), au-delà de leurs espérances pour la France de demain (respectivement 26 % et 18 %).

En revanche ils ne sont pas convaincus par la capacité du candidat à restaurer le dynamisme économique du pays :

- Les personnes interrogées estiment que la France devrait être, en priorité, « plus compétitive » (44 %), « plus industrielle » (39 %) et « plus dynamique » (35 %) ; les sympathisants de gauche eux-mêmes situent ces valeurs parmi les premiers rangs de leurs préoccupations ;

- Mais les Français sont bien plus sceptiques concernant la capacité de « François Hollande, s’il était président de la République » à rendre la France « plus compétitive » (huitième rang, 14 %), « plus industrielle » (septième rang, 15 %) et « plus dynamique » (sixième rang, 16 %).

Ainsi à la lecture de ces données, les Français et les sympathisants de gauche attendent moins de François Hollande un virage au sein de sa campagne, qu’une synthèse ordonnée autour de propositions concrètes, et fédérant tout à la fois réalisme financier, exigence sociale et dynamisme économique.

Télécharger en pdf le Sondage janvier 2012pdf.jpg