viavoice-log300

Toutes les études publiées, par dates de publication

Description

Le niveau du Smic au cœur de la question du pouvoir d’achat selon les Français

La question du pouvoir d’achat demeure une priorité pour les Français et devrait constituer, avec l’emploi, l’un des enjeux majeurs dans les prochains mois pour le nouveau gouvernement. Dans ce contexte, la conjoncture actuelle apparaît plutôt comme un atout, avec un prix de l’essence plutôt bas – renvoyant la promesse électorale du blocage des prix à plus tard – et un timide retour de la consommation.

Pour autant, les attentes restent fortes dans l’opinion, y compris sur des dossiers sur lesquels le gouvernement reconnaît n’avoir que peu de marges de manœuvre : ainsi la hausse du Smic est citée en tête des attentes des Français pour améliorer leur pouvoir d’achat, notamment auprès des catégories populaires, les plus touchées par la crise. Un dossier sur lequel le gouvernement, actuellement en discussion avec les partenaires sociaux, a promis un « coup de pouce », mais pas de hausse trop marquée.

Pouvoir d’achat : la baisse du prix de l’essence rassure les ménages

Les principaux postes de dépense préoccupant les Français sont actuellement plutôt en baisse :

- Le prix de l’essence, qui a récemment atteint son plus bas niveau depuis janvier, préoccupe moins les Français qu’auparavant : 40 % des personnes interrogées placent cet enjeu en tête de leurs préoccupations, résultat en baisse de 10 points en un mois ;

- La même tendance se retrouve également, quoique de manière moins marquée, pour les produits alimentaires (45 %, -4).

Ces évolutions expliquent notamment le recul des inquiétudes en termes de pouvoir d’achat global, même si celles-ci demeurent fortes puisque 36 % des Français anticipent une baisse de leur pouvoir d’achat (en baisse de 3 points). En outre, de plus en plus de Français s’attendent aujourd’hui à une stagnation de leur pouvoir d’achat (47 %, +8 points).

Une augmentation du Smic largement attendue, notamment par les catégories modestes

Les priorités identifiées par les Français en matière de pouvoir d’achat et d’épargne sont emblématiques de l’importance prise par la question des salaires, en particulier les moins élevés. Ceux-ci n’ont en effet connu qu’une très faible progression ces dernières années, sur fond de crise économique, de chômage croissant et de recherche de compétitivité au sein des entreprises. Ce contexte difficile explique largement que la mesure placée en tête des attentes soit l’augmentation du Smic, jugée prioritaire par 39 % des personnes interrogées, et notamment portée par une majorité des catégories populaires, employés (50 %) ou ouvriers (54 %), et par 49 % des plus jeunes (18-24 ans).

La deuxième priorité concerne le blocage provisoire des prix de l’essence, lequel est une priorité pour 36 % des Français. Le fait que cette mesure soit citée en deuxième position indique bien que le prix de l’essence reste, malgré cette baisse des prix, un enjeu majeur en matière de pouvoir d’achat.

 

Toutefois il est frappant de constater que ces deux attentes les plus fortes ne doivent pas donner lieu, aux dires même de l’exécutif, à des mesures fortes au cours des mois qui viennent :

- L’idée d’une forte augmentation du Smic a été écartée par Michel Sapin. Les marges de manœuvre apparaissent toutefois difficiles sur ce sujet, de l’avis même de la nouvelle majorité et de certains syndicats (CFDT notamment), faisant remarquer qu’une augmentation trop forte du Smic pèserait lourd pour les entreprises ;

- L’idée du blocage des prix de l’essence a été reportée en raison de la baisse des cours mondiaux, et donc des prix à la pompe.

Ainsi le nouvel exécutif est confronté à à une dissonance entre les attentes d’une majorité de Français et l’affichage de ses propres priorités pour les mois qui viennent.

 

Alors que Nicolas Sarkozy avait en partie déçu l’opinion publique sur ces questions de pouvoir d’achat, le nouveau pouvoir est aujourd’hui attendu sur ces enjeux sensibles, dans un contexte économique qui reste malgré tout morose. Pour François Hollande et son gouvernement, l’équation passe par un arbitrage entre réponses aux attentes immédiates et perspectives de plus long terme favorables au pouvoir d’achat : productivité, compétitivité, et croissance.

C’est, pour une large part, une question de gestion politique et médiatique du temps.

Télécharger en pdf le Baromètre Viavoice