Sunday, 10 November 2013
Le nouveau rebond du moral des cadres est-il annonciateur d’une reprise plus soutenue ?

Description

Le nouveau rebond du moral des cadres est-il annonciateur d’une reprise plus soutenue ?

Pour la deuxième fois consécutive au troisième trimestre, l’indice synthétique du moral des cadres enregistre une forte hausse (+5 points en un mois, +15 depuis juin dernier), confirmant les nombreux signaux positifs de la rentrée, et potentiellement annonciateur d’une reprise plus soutenue au cours des mois à venir. Sur le long terme, les perspectives actuelles rejoignent ainsi le niveau d’optimisme qui prévalait en mai 2012, suite à l’élection présidentielle.

Cette amélioration des perspectives économiques apparaît d’autant plus encourageante qu’elle s’accompagne ce mois-ci d’un retour, encore timide mais significatif, de la motivation au sein des entreprises, essentielle au « choc de confiance » attendu par bon nombre de décideurs.

Pour accompagner ce sursaut, les cadres identifient par ailleurs parmi les principaux fleurons de compétitivité les secteurs de l’énergie (porté par Total, EDF et GDF-Suez) et de l’aéronautique (Airbus), signe d’une confiance pour les secteurs les plus en pointe de l’industrie française.

Le reflux du pessimisme se confirme

Selon les perspectives économiques des cadres, la France connaît actuellement un sensible retour de confiance à moyen terme sur le plan macro-économique :
• En matière d’emploi, puisqu’ils ne sont plus qu’une courte majorité (59 %) à anticiper une hausse du nombre de demandeurs d’emploi au cours des mois à venir. En comparaison, ce taux était de 84 % en juin dernier, soit une baisse de 25 points de pessimisme en matière d’emploi en quatre mois (+6 en un mois). A l’inverse, ils sont 15 % à penser que le chômage baissera dans les mois à venir, en hausse de 12 points depuis juin 2013 ;
• En termes de niveau de vie général en France également, 16 % des cadres anticipent une amélioration (+3 en un mois, +7 depuis juin), tandis que 57 % pensent toujours qu’il se dégradera (-2 depuis le mois dernier, -14 depuis juin).

Dans l’ensemble l’amélioration des perspectives macro-économiques est significative d’une inclination de plus en plus forte des décideurs économiques à l’optimisme, tendance qui pourrait s’accentuer à l’avenir. Cependant cette hausse, par son accompagnement de perspectives qui demeurent majoritairement négatives, devra se confirmer pour permettre de conclure véritablement à l’existence d’un sentiment de « reprise » auprès des cadres français.

La motivation générale cesse de se dégrader au sein des entreprises

Plus significatif peut-être que l’amélioration des perspectives macro-économiques, la motivation perçue repart à la hausse après plusieurs mois de baisse consécutifs :
36 % des cadres jugent ainsi leurs collaborateurs « motivés », contre 32 % il y a un mois. Or cette tendance apparaît essentielle à plusieurs titres :
• Car jusqu’ici les signaux de reprise n’étaient pas accompagnés d’une progression de la motivation, qui observait une tendance à la baisse depuis le début de l’année ;
• Car cette hausse de la motivation indique que l’optimisme des cadres, nourri par le retour de l’activité, commence à être perçu par les salariés en interne, ce qui pourrait permettre à terme une mobilisation des énergies génératrice de confiance, si ces tendances se confirment toutefois.

Enfin, les perspectives financières personnelles des cadres observent également une légère hausse : 15 % d’entre eux estiment que leur situation financière s’améliorera au cours des mois qui viennent, résultat en hausse de 3 points en un mois.

Les entreprises françaises les plus performantes pour les mois à venir : le secteur industriel à l’honneur

Si les difficultés restent vives pour certains pans de l’industrie française, le secteur industriel demeure essentiel selon les cadres pour porter les résultats de l’économie française dans les années à venir. Ainsi, parmi les entreprises considérées comme les plus prometteuses en termes de performance figurent principalement les grands groupes énergétiques français (Total, en tête de notre classement pour la troisième année consécutive, EDF ou encore GDFSuez) mais surtout EADS, qui prendra au 1er janvier 2014 le nom de sa marque la plus connue, Airbus.

Le groupe aéronautique européen, qui multiplie les commandes ces derniers mois et devrait dépasser son principal concurrent Boeing cette année, acquiert ainsi la deuxième place de notre classement avec 25 % de citations spontanées, contre 8 % en 2012. Une visibilité croissante auprès des cadres à mettre au crédit d’un modèle économique efficace et générateur d’emplois, mais surtout d’une réussite industrielle valorisant le savoir-faire national et européen sur un secteur d’avenir.

François Miquet-Marty 
Directeur associé
Viavoice