Les inégalités femmes – hommes en matière de santé – Février 2019

Une étude d’opinion Viavoice pour Essentiel Santé

> Pour en savoir plus

 Santé : au-delà des inégalités sociales et territoriales, des inégalités de genre importantes

La France connaît un système de santé parsemé de multiples fractures. En effet, aux disparités territoriales d’offres de santé (dues à des difficultés d’accessibilité ou de coûts), aux inégalités sociales également, s’ajoutent des inégalités de traitement entre les femmes et les hommes.

L’accès à la santé en France toujours inégal

Concernant la santé de manière générale, la moitié des Français peine à se soigner correctement (dû à des problèmes d’accessibilité ou de coûts). En effet, un Français sur deux (56 %) éprouve des difficultés pour accéder à certains médecins spécialistes ou à des professionnels de santé de manière générale (43 %) et 55 % d’entre eux considèrent que les dépenses de santé leur coûtent cher.

Ce sont les campagnes qui sont les plus touchées par les défauts d’accessibilité : 65 % des zones rurales évoquent des difficultés pour accéder à un spécialiste quand ce chiffre n’atteint que 47 % pour les villes de plus de 100 000 habitants.

Concernant la prise en compte de leur santé, si 48 % des Français ont facilement recours à des soinslorsqu’ils tombent malades, un tiers d’entre eux (29 %) a déjà renoncé à des soins.

Contrairement à certaines idées reçues, les Français déclarent faire attention à leur consommation de médicaments : 62 % d’entre eux évitent de prendre des médicaments de manière générale (notamment les femmes, à 68 %), et 64 % d’entre eux lorsqu’ils tombent malades.

Des inégalités femmes-hommes en santé, notamment liées à certaines pathologies

Seuls 38 % des Françaises et des Français considèrent que le personnel soignant prend bien en compte les spécificités liées au genre (dont 47 % des femmes et 29 % des hommes). Mais 28 % des Français ont l’impression de subir des clichés, des stéréotypes liés à leur sexe (un chiffre plus élevé chez les femmes, à 35 %, que chez les hommes à 21 %). Et 14 % des femmes (contre 9 % des hommes) ont le sentiment d’être moins bien prises en charge que le sexe opposé.

En particulier, pour un tiers des Français il existe des inégalités entre les sexes pendant la prévention, le dépistage ou le traitement de certaines maladies. Ce sont des pathologies comme le stress (35 %) et la dépression (34 %) qui sont évoquées en priorité. Et ce sont les femmes qui ressentent le plus ces inégalités de traitement (41 % pour le stress, 40 % pour la dépression, contre 29 % et 28 % pour les hommes).

Une prise en compte nécessaire également au travail

Près de la moitié des Français considère que leur entreprise est compréhensive avec leurs problèmes de santé (48 %) ou avec les problèmes de santé concernant leurs proches (44 %). Deux observations qui, il faut le relever, ne connaissent quasiment aucun écart entre les femmes et les hommes.

De manière générale, 66 % des Français considèrent que leur travail a un impact sur leur santé, et pour seulement un tiers des Français, la pénibilité de leur travail est reconnue (23 %). Ici aussi, des résultats qui apparaissent sans écart significatif entre les sexes.

Lire l’intégralité de l’étude