L’inculture économique des Français, une faille démocratique.

LE CERCLE/ECLAIRAGE – L’ignorance des Français en économie ouvre la voie aux discours les plus fantaisistes. Cela nuit à la sérénité des débats sur notre politique économique et étrangère.

Chacun connaît la phrase désormais célèbre de Bill Clinton : « It’s the economy, stupid ! » (« C’est l’économie, idiot ! », en anglais). Cette phrase s’applique sans doute à la France, pays où  le chômage et le pouvoir d’achat figurent en tête des préoccupations depuis de nombreuses années. Mais sommes-nous tous égaux face aux choix économiques qui engagent notre avenir ? Dans quelle mesure sommes-nous capables de nous approprier les informations disponibles et de comprendre les implications de nos choix ?

Une étude, réalisée par Opinionway en mars dernier pour Le Cercle Jean Baptiste Say, indiquait qu’environ deux Français sur trois s’intéressent à l’économie, mais regrettent de n’avoir pas les connaissances nécessaires pour comprendre les mécanismes et les enjeux. Ainsi, l’étude démontrait qu’ils surestiment la croissance des écarts de revenu en France au cours des dix dernières années, et sont très nombreux à sous-estimer la part de l’Impôt sur le revenu payé par les plus riches.

Dans ce cadre, nous avons tenté d’aller plus loin, afin de mieux comprendre le rapport des Français avec l’économie et les conséquences que cette (mé) connaissance peut avoir sur nos choix démocratiques.

Lacunes et idées reçues

Il apparaît en premier lieu que 57 % des Français (Viavoice, mai 2018) ne savent pas, même de manière approximative, quelle est la proportion réelle de ménages en France qui paye l’impôt sur le revenu – impôt pourtant hautement symbolique, qui donne régulièrement lieu à des débats enflammés. Dans un pays où le consentement à l’impôt ne cesse de se détériorer, une telle donnée ne peut qu’inquiéter, car cette méconnaissance ouvre la voie à tous les fantasmes et rend nos concitoyens vulnérables à toutes  les « fake news ».

De même, dans un registre plus international, il apparaît que plus de la moitié des Français juge que la Chine et  le Qatarsont les deux investisseurs principaux en France – alors qu’en réalité, en 2017, nos deux plus gros investisseurs étrangers étaient l’Allemagne et les Etats Unis, qui ne recueillent que 25 et 21 % de bonnes réponses respectivement. Nous mesurons là l’ampleur des craintes, face à des puissances montantes qui ont l’air « d’acheter notre pays à la découpe ». Là encore, ces idées reçues ouvrent grand la voie aux discours les plus fantaisistes et nuisent à la sérénité des débats sur notre politique économique et étrangère.

39 % des Français estiment connaître et comprendre ‘faiblement’ l’économie.

Les Français sont d’ailleurs nombreux à avoir le sentiment de ne pas avoir les connaissances nécessaires dans le domaine économique. Ainsi, 55 % jugent avoir un niveau de compréhension et de connaissance « moyen », et 28 % « faible », s’agissant des questions économiques traitées dans l’actualité. Aussi 46 % estiment leur connaissance et leur compréhension de l’économie dans le monde de l’entreprise « moyenne », et 38 % « faible ». Enfin, 46 % connaissent et comprennent moyennement l’économie dans le cadre des programmes politiques, et 39 % « faiblement ».

On mesure ici l’ampleur de la frustration qui doit être celle des téléspectateurs confrontés aux multitudes de chiffres et statistiques assénés par les candidats lors des traditionnels débats. On comprend mieux, par ailleurs, comment des candidats auxquels les experts ne prêtent par ailleurs  aucune compétence économique, tels que Marine Le Pen, peuvent parvenir au second tour d’une élection présidentielle…

Armer les Français

Le sentiment de ne pas être bien armé pour faire les choix qui s’imposent est donc massif, alors même que par ailleurs, le programme économique d’un candidat s’impose comme le premier critère de choix électoral des Français interrogés (55 % de réponses totales, et 19 % citant cet item en premier), devant le programme social (49 % et 16 % respectivement), et la philosophie globale de son programme (45 % et 22 %). La personnalité (32 %), le parti auquel il appartient (29 %) ou le programme écologique (24 %) n’arrivent que bien après dans les critères pris en considération au moment du choix de vote.

Comment les Français pallient-ils leurs déficits de connaissance économique ? Comment jugent-ils de la crédibilité relative des théories économiques ? Interrogés de manière ouverte sur ce sujet, ils répondent en premier lieu à partir des exemples concrets, en ramenant les thèses à ce qu’ils peuvent constater chaque jour dans leur vie quotidienne.

Cela nous permet de comprendre pourquoi les thèses scientifiquement solides, mais contre-intuitives – par exemple, le fait que les déficits puissent être bénéfiques pour l’économie à long terme s’ils servent à investir et relancer la consommation, ou le fait que les immigrés ne volent pas leurs emplois aux travailleurs Français -, ne trouvent que peu ou pas d’écho auprès du grand public.

Un des leurres de la démocratie consiste à croire que nous serions tous à même d’émettre un jugement rationnel et pertinent. Or il apparaît, au terme de notre étude, que l’économie est une faille majeure dans notre débat démocratique. Nous sommes en effet loin d’être tous simultanément des experts en géopolitique, droit, économie, sociologie,… et pourtant, nous votons. Face à ce constat, certains pourraient plaider pour des solutions antidémocratiques : changer de système, passer à une République des experts, revenir à une monarchie éclairée, une dictature douce…

Une autre réponse à cette faille démocratique consisterait à développer la pédagogie, et notamment l’enseignement de connaissances économiques de base, et ce, tout au long de la vie. Considérer, en somme, que les connaissances économiques font partie intégrante d’un socle de citoyenneté, un ensemble de connaissances indispensables afin d’être un citoyen vraiment acteur de son destin car éclairé dans ses choix. L’économie en politique ne doit plus être réduite au simple fantasme de ce que l’on croit en connaître. Elle doit redevenir un choix éclairé, sur la base des réalités des contraintes, des possibilités, des enjeux, des innovations.

Chloé Morin est consultante en analyse et stratégie d’opinion. Arnaud Zegierman est sociologue et cofondateur de Viavoice.