Actualités | Politique

Baromètre politique Viavoice – Libération. Réforme des retraites. Décembre 2022

La réforme des retraites
Une France d’anxiétés et de doutes

La nouvelle livraison du Baromètre politique Viavoice pour Libération creuse la question de la réforme des retraites. Alors que son spectre plane depuis la moitié de son premier mandat, la révision du système des retraites doit s’affirmer comme marqueur principal du double-quinquennat d’Emmanuel Macron.

Dans un contexte d’opinion marqué par une sensibilité accrue sur les questions sociales, notamment celle du niveau de vie, et plus largement caractérisé par une perte de confiance dans l’avenir, quel rapport les Français entretiennent-ils avec la réforme des retraites à venir ? A quel climat d’opinion le gouvernement doit-il se préparer alors que la rentrée de janvier promet d’être houleuse sur le plan politique ? Ce sont les points que ce Baromètre politique Viavoice – Libération a entendu explorer.

Sujets de préoccupation et crédibilités politiques

En ligne avec les observations soulignées depuis près d’un an et intensifiées par la guerre en Ukraine puis la crise énergétique, les questions sociales continuent d’occuper les esprits :

  • Le pouvoir d’achat reste la principale préoccupation pour 67 % des Français, très loin devant les autres enjeux.
  • Alors que les contaminations au Covid-19 connaissent une nouvelle hausse laissant planer le spectre d’une 9ème vague risquant de contrarier les fêtes de fin d’année, la santé s’affirme comme le deuxième sujet prioritaire sur lequel le gouvernement et le Parlement doivent agir aux yeux de l’opinion (+ 6 points depuis le mois d’octobre).
  • La question de l’énergie ferme la marche du podium, enjeu prioritaire pour plus de 4 Français sur 10 (42 %), suivie de près par la sécurité, prioritaire pour 41 % d’entre eux.
  • L’écologie n’est pas en reste, considérée comme un enjeu essentiel pour 35 % des Français, au même titre que l’immigration qui progresse de 4 points depuis le mois d’octobre dernier, faisant écho à l’actualité marquée par l’Ocean Viking et à quelques semaines de l’examen du nouveau projet de loi relatif à l’immigration dont le contenu vient d’être présenté par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

S’agissant de la confiance accordée par l’opinion à chacune des formations politiques parlementaires :

  • L’indice de confiance du Rassemblement national poursuit sa progression en passant de 20 à 22 %, seule formation politique à être en progression constante depuis l’été dernier.
  • La majorité Ensemble reste stable (20 %) alors que la NUPES progresse sensiblement d’un point par rapport à la vague précédente (14 %).

Les Français et la retraite : un terreau d’inquiétudes

Sujet de préoccupation essentiel aux yeux de 31 % des Français, le débat sur la réforme des retraites va devoir se dérouler en tenant compte d’un contexte délicat, dans lequel le sujet est associé à l’inquiétude.

  • Les Français sont d’abord partagés sur le système actuel, 40 % déclarant qu’il leur convient quand 43 % le déplorent.
  • S’agissant du registre émotionnel, le sujet apparait anxiogène : près de 6 Français sur 10 assurent que le système actuel de financement des retraites suscite à leurs yeux de l’inquiétude.

Plus largement, 65 % des Français déclarent que l’avenir de leur retraite leur procure de l’inquiétude, plus d’un tiers (37 %) assure même que ce sujet est synonyme de « beaucoup d’inquiétude ».

Si les résultats globaux sont saisissants, la lecture socio-professionnelle et politique est encore plus éclairante : les trois quarts des catégories modestes se déclarent inquiètes au sujet de l’avenir de leur retraite (75 %) , de même que 85 % des professions intermédiaires, 80 % des 35-49 ans et 76 % des électeurs d’extrême droite.

L’opinion et la réforme des retraites

Point cardinal des présidences d’Emmanuel Macron, maintes fois reporté mais abondement commenté, le projet de loi de réforme du système des retraites souffre dans l’opinion de contours encore flous. L’enjeu est d’abord à la clarté.

Pour plus de la moitié de la population française, les intentions du gouvernement ne sont pas claires (55 %). Si la présentation du texte par Elisabeth Borne éclaircira évidemment l’état de l’opinion sur le sujet, la priorité doit être donné à un sentiment de maitrise et de préparation sur un sujet qui intéresse 6 Français sur 10 (62 %) et représente un enjeu cardinal pour l’ère Macron.

Signe d’un sujet qui crispe davantage par sa thématique que par son contenu jugé clair par seulement un tiers de la population française (35 %), 42 % de l’opinion déclare néanmoins qu’elle serait prête à manifester contre cette réforme, dont une majorité de 35-49 ans, des professions intermédiaires et des catégories les plus modestes.

Symbole d’une opinion encore peu réceptive à la position gouvernementale, seul un tiers des Français (35 %) déclarent être d’accord avec l’affirmation selon laquelle « il est nécessaire de travailler plus longtemps pour sauver le système de retraite par répartition ». Enseignement marquant, la critique majoritaire de la ligne imprimée par le gouvernement n’apparaît pas aussi simplement synonyme d’une volonté de socialisation et d’une participation collective accrue au système de retraites.

En conséquence, près d’un Français sur deux se déclare favorable à une retraite par capitalisation reposant sur une épargne personnelle réalisée par chaque salarié au cours de sa vie pour financer sa propre retraite (47 %). Si cette position doit probablement davantage au doute et aux ambivalences qu’à un basculement définitif de la société française dans un âge strictement individualiste, elle est un marqueur supplémentaire d’une société française travaillée dans son rapport à l’individu et au collectif.

S’agissant des mesures envisagées, les Français se montrent partagés :

  • Volet majeur de la réforme à venir, la question de l’emploi des seniors est majoritairement entendue par l’opinion qui se déclare favorable à 67 % à des mesures spécifiques pour encourager le travail des plus de 55 ans et à 57 % concernant le développement du cumul emploi-retraites. Les Français se montrent néanmoins majoritairement réfractaires à l’incitation au maintien de l’emploi des seniors à travers une réduction de l’indemnisation du chômage de ces derniers (52 %).
  • Une large majorité de Français se montrent aussi favorables à une indexation des pensions de retraites sur l’inflation (67 %), mesure à laquelle un tiers d’entre eux se déclare même « très favorable ».
  • Point central de la réforme, le report progressif de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans ne bénéficie pas du soutien de l’opinion, avec 53 % des Français qui y sont opposés. 44 % de l’opinion estime en effet que les Français devraient être autorisés à partir à la retraite à 60 ans.

Les résultats de l’étude menée par Viavoice pour Libération témoignent ainsi d’un récit gouvernemental qui peine à convaincre une opinion intéressée mais ambivalente. Ils révèlent les paradoxes d’une société française qui aspire à la fois à du changement et à de la préservation, ainsi qu’à davantage de responsabilisation individuelle, mais sans rien concéder d’un modèle social pilier auquel la population se rattache encore.

    Adrien Broche
    Consultant opinion

     

    Par :
    Adrien Broche
    Lola Lusteau
    François Miquet-Marty

     

    Publié le 15/12/2022

    Autres études dans la même catégorie

    Baromètre sexisme 2e édition. Viavoice – HCE. Janvier 2023

    5 ans après #metoo, la réalité alarmante du sexisme en France Alors que l’automne 2022 consacre les 5 ans du mouvement #metoo, la deuxième vague du « Baromètre sexisme » mené par l’institut Viavoice pour le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes...

    Share This