Santé et interêt général

Les Français et la protection sociale

CONNAISSANCE, ATTENTES ET PERCEPTIONS

Entre présence à l’esprit et exigences pour l’avenir

Une grande familiarité vis-à-vis de la protection sociale associée à un triptyque de valeurs républicaines

Les résultats de l’étude menée par Viavoice pour l’UNIOPSS et le Groupe Vyv font d’abord apparaître un enseignement clair : la présence à l’esprit de la protection sociale et de ce qu’elle recouvre est largement majoritaire dans le pays. Néanmoins, cette connaissance semble relativement peu construite.

Si 90 % des Français déclarent savoir ce que recouvre la protection sociale, seul un Français sur deux déclare voir « très bien » de quoi il s’agit et 41 % reconnaissent voir « à peu près » ce dont il s’agit sans être capables de le dire précisément.

  • A l’inverse, 6 % des Français ne savent pas de quoi il s’agit, avec une sur-représentation nette des 18-24 ans (19 %) et des inactifs (14 %).

Principe pilier de la solidarité nationale et de l’état providence, c’est justement à des termes appartenant à ce champ lexical que les Français interrogés associent laprotection sociale. Trois principes ressortent :

  • L’égalité, pour 65 % des Français ;
  • La solidarité pour 61 % ;
  • La sécurité pour 60 % d’entre eux.

C’est donc autour du triptyque égalité-solidarité-sécurité que la protection sociale est articulée, si l’on en croit les représentations qu’en expriment les Français. La protection sociale renvoie ainsi directement aux valeurs républicaines en tant qu’elle en constitue, pour les Français, un des principes fondamentaux.
Aussi, si c’est prioritairement à l’assurance maladie, à la sécurité sociale que les Français associent le premier rôle dans la protection sociale, l’ensemble des éléments constitutifs lui sont aussi très majoritairement rattachés : 80 % des Français considèrent ainsi que les allocations pour maladies et accidents du travail, l’assurance chômage, les mutuelles et complémentaires santé ou encore les allocations familiales jouent un rôle important dans la protection sociale. Le système de retraites par répartition, sans doute parce qu’ils l’associent moins à la protection sociale, semble moins important aux yeux des Français.

Une satisfaction en demi-teinte quant à l’efficacité de la protection sociale

Si les Français ont une relativement bonne connaissance de la protection sociale, leur satisfaction est nettement plus nuancée.

  • Si la santé et l’assurance chômage sont des terrains pour lesquels l’opinion juge assez positivement le niveau de la protection sociale, considérée comme satisfaisante par respectivement 72 % et 65 % des Français, ils se montrent plus sévère ailleurs.
  • En effet, seuls 42 % et 35 % des Français considèrent que ce niveau est suffisant sur l’assurance retraite et la perte d’autonomie. C’est d’ailleurs logiquement que les retraités se montrent ici plus sévères encore, 60 % le considérant comme insuffisant sur ce dernier point.

La Sécu, les mutuelles et l’Etat : les acteurs plus importants de la protection sociale

Parmi les acteurs qu’ils estiment être les plus importants pour la protection sociale, les Français placent en première position la sécurité sociale (87 %) devant les complémentaires santé et les mutuelles (78 %), et l’Etat (76 %).

L’importance d’acteurs plus locaux, de proximité semblent moins grande : si les départements et les régions sont encore perçus comme importants par respectivement 61 et 56 % des Français, seuls 51 % considèrent que les communes et les agglomérations jouent aujourd’hui un rôle important en matière de protection sociale.

La sécurité sociale (74%) et dans une moindre mesure les mutuelles et les complémentaires santé (64 %) suscitent majoritairement la confiance pour participer au bon fonctionnement de la protection sociale. Le jugement est en revanche nettement plus partagé concernant des acteurs étatiques comme les communes (54 %), les départements (53 %) et les régions (52 %) dont le rôle paraît moins important mais également l’Etat, acteur majeur selon les Français qui ne sont que 51% lui faire confiance pour participer au bon fonctionnement de la protection sociale.

Pour l’avenir : face aux doutes, une aspiration à la stabilité et au renforcement de l’existant

  • Interrogés sur leur rapport à l’avenir de la protection sociale, les Français font part de leurs doutes : si un Français sur deux fait confiance à la protection sociale pour relever les défis d’avenir en matière de santé, seuls 43 % se disent confiants lorsqu’ils pensent à l’avenir de la protection sociale en matière d’assurance chômage, 31 % en matière de prévention de la perte d’autonomie et 29 % sur l’avenir de l’assurance retraite.
  • Face à ces doutes, les Français se montrent divisés quant à l’avenir de la protection sociale : près de 4 Français sur 10 souhaitent qu’il « reste comme il est actuellement » et ils sont 1 sur 2 à estimer qu’il doit évoluer dont 27% pour aller vers davantage de prestations et 21% pour aller vers moins de cotisations.

Marqueur fort de l’identité du pays comme en témoigne son association aux valeurs républicaines, la protection sociale mériterait d’être davantage discutée dans le débat public notamment dans le cadre de la campagne présidentielle. Alors que son avenir inquiète une large part des Français, une majorité absolue (56 %) estime qu’on n’en entend pas assez parler dans la campagne 2022 !

Par :
Adrien Broche
Thomas Genty

 

Publié le 08/03/2022

Dans la même rubrique

Les jeunes et l’alternance.

Les jeunes et l’alternance.

Face à leur avenir professionnel, les 18-29 ans se déclarent majoritairement optimistes, à 74%. Parmi eux, ce sont les alternants qui se montrent les plus positifs : la quasi-totalité d’entre eux (97 %) se disent pleinement confiants sur leur avenir professionnel. Cet...

Le Baromètre des Transitions

Le Baromètre des Transitions

Réglementer : pour ou contre la planète ? L’insoluble casse-tête de la transition écologique L’année politique s’est ouverte sur une crise sociale majeure représentée par le mouvement de colère des agriculteurs. Sa particularité résidait dans son caractère largement...

Share This